Je raconte ma vie

Weight Watchers: comment ça marche?

18 avril 2018

Je crois que tout le monde a déjà entendu parler du programme au moins une fois dans sa vie, mais je me suis dit que cela pourrait être intéressant de faire un petit focus sur le déroulé du programme et des réunions.

 

Le pitch

Weight Watchers, c’est un programme de rééquilibrage alimentaire qui se base sur un système de points. Chaque aliment est codifié par un nombre de points. Chaque adhérent a droit à un nombre de points journaliers (j’en ai 23). Le principe est hyper simple: il ne faut pas consommer plus d’aliments que son quota de points.

Pour poursuivre une vie sociale et permettre les craquages (nécessaires, et puis nous ne sommes pas dans un régime hyper restrictif), tout le monde a droit également à une réserve hebdomadaire de 35 points en plus: il n’est pas obligatoire de les consommer, mais si vous le faites, vous maigrirez quand même, c’est promis (votre dévouée blogueuse tape allègrement dedans chaque semaine, pour un premier bilan de 7,5 kilos perdus en un peu plus de 2 mois). Cette réserve de points peut être grignotée tous les jours, ou en une seule fois, ou pas du tout… c’est vous qui voyez.

 

Vous avez le choix entre deux formules: vous pouvez suivre votre programme directement sur l’application, en toute autonomie. Ou en participant également à des réunions (et c’est un poil plus cher). Je conseille vivement cette dernière solution pour celles et ceux qui manquent de motivation, ou qui ont perdu de vue comment bien se nourrir.

 

L’équilibre nutritionnel

Pour aider les participants à maigrir en bonne santé, le programme met l’accent sur de nombreux aliments sains qui comptent pour 0 points: tous les fruits, tous les légumes (hors avocat), mais aussi les poissons (oui, même le saumon), les protéines maigres et les légumineuses. L’idée, c’est d’encourager à consommer ces aliments qui, bien souvent, ont été les grands oubliés de l’assiette (je l’ai déjà dit, on ne grossit pas en mangeant des haricots verts…). Attention cependant: 0 points ne signifie pas à volonté! On est pas chez Flunch, l’idée c’est de manger à satiété. C’est très, très important de comprendre et de respecter ce point. Sinon, vous ne maigrirez pas.

Bien entendu, le programme ne se limite pas à ça: ce serait trop facile de ne manger que des fruits (0 points!) et de faire passer tout le reste dans des tablettes de chocolat. Sisi, je sais que vous y avez pensé – on y pense tous avant de démarrer le programme sérieusement.

 

Weight Watchers, c’est aussi un accompagnement pour réapprendre à manger sainement. On vous redonne les bases et des conseils pour maigrir bien. On ne vous y encourage pas à supprimer les graisses (surtout pas!), ou le sucre, ou que sais-je d’autre. On ne vous encourage pas non plus à ne vous nourrir que d’aliments à 0 points, mais à les intégrer avec d’autres aliments, en quantité raisonnable. On vous explique également quelles quantités de chaque catégorie d’aliments doivent être consommées quotidiennement.

 

Le programme vous encourage énormément à cuisiner vous-mêmes (on ne fait pas mieux pour contrôler les graisses et les sucres cachés), à faire vos courses de produits frais, et à respecter un équilibre alimentaire. En bref: vous réapprenez ce que vous avez oublié au fur et à mesure des années et des dérapages.

Petite précision importante: il n’y a aucun interdit alimentaire. On ne vous dira jamais de ne plus consommer de féculents ou de sucres le soir, de ne plus manger de chocolat et de renoncer à l’apéro. A la place, on vous explique comment remplacer certains aliments très caloriques après des équivalents plus sains. De savourer pour diminuer les quantités. Et vous êtes encouragés, si vous avez très envie d’un aliment, à le consommer tranquillement: la frustration est mère des crises de boulimie, donc personne ne vous dira jamais de ne pas manger de quelque chose. Meilleur moyen d’en manger une quantité phénoménale quelques temps plus tard et de ruiner ses efforts.

Au début du programme, j’ai eu une envie phénoménale de burger. J’ai attendu 48h, l’envie ne partait pas – pire, elle augmentait, je suis partie du principe que cela ne servait à rien de lutter. J’ai commandé un très bon burger, dans un très bon restaurant: ça m’a couté plus de 30 points et flingué ma réserve hebdomadaire, mais une fois l’envie assouvie, je suis passée à autre chose très naturellement. Et oui, cette semaine là, j’ai maigri.

 

Si vous partez de loin et/ou que vous manquez de bases solides, je pense donc qu’il est très important de participer aussi aux réunions, puisque vous y bénéficierez des conseils d’un(e) coach. Ce qui nous amène donc à la question suivante:

 

Une réunion, comment ça se passe?

Je me suis inscrite aux réunions sur un coup de tête, un jour, après 3 semaines à suivre le programme sur mon application. Je me sentais un peu seule avec mes points, je manquais de recul aussi.

C’est une des meilleures idées que j’ai  pu avoir ces dernières semaines.

Je vais vous avouer un truc: avant d’y mettre les pieds, je n’en menais pas large. J’étais persuadée que je n’y aurais pas ma place. J’étais sure de n’y trouver que des retraitées, de me taper l’affiche à chaque pesée publique (oui, en réunion, on est pesé(e)s!), et j’avais assez peur de l’ambiance « bonne humeur forcée », en mode « youpi, on a toutes perdu 200 grammes cette semaine, c’est la FÊTE! Buvons donc une citronnade sans sucre pour célébrer ça! ». Ambiance fête de village moisie.

Pour moi, les réunions WW devaient donc ressembler peu ou prou à des réunions Tupperware. Des années 50.  Chiantes et carrément gênantes. #préjugés.

Alors en fait, ce n’est pas du tout comme ça.

Quand on arrive, il faut faire la queue pour présenter son petit livret personnel (qui retrace tout l’historique et, surtout, son identifiant), et se peser. L’animatrice ne crie pas votre poids devant tout le monde, et non, personne n’est « puni » ou humilié publiquement en cas de prise de poids. Je dis ça, parce que j’en avais très peur aussi. Au contraire, il est plutôt recommandé de venir en réunion si on a grossi pour y retrouver la motivation et la bienveillance nécessaires pour poursuivre son amaigrissement.

 

Si c’est votre première réunion, il faut tout simplement venir un peu plus tôt (une demie-heure avant, c’est bien) puis faire la queue pour l’inscription et préciser à l’animatrice que vous n’êtes jamais venu(e). Elle vous présentera rapidement les bases du programme avant ou après la réunion.

Idéalement, si ce n’est pas votre première fois, c’est bien de ne pas venir pile pour l’heure annoncée (c’est l’heure à laquelle  l’animatrice prend la parole), mais un bon gros 1/4 d’heure avant histoire de prendre le temps de se peser.

 

Une fois tout le monde pesé (oui, il y’a aussi des hommes, même si c’est une infime minorité), la réunion peut commencer. Chaque semaine, l’animatrice prend la parole sur une thématique commune à tous les ateliers. Je crois qu’une fois par mois, c’est freestyle, c’est à dire qu’elle abordera le sujet de son choix.

Au niveau de l’ambiance: on ne va pas se raconter de bobards, oui, globalement, la moyenne d’âge est plutôt haute. Mais il y’a également des jeunes actives et des jeunes mamans qui sont présentes. Et puis, quoi qu’il en soit, l’ambiance est hyper bienveillante.

Il faut bien se dire une chose: tout le monde vient pour la même chose. Il y’a zéro honte à avoir. Les nanas très minces que vous pouvez y croiser sont toutes passées par la même chose que vous. Et nous sommes nombreuses à avoir un parcours disons, compliqué, pour dire les choses poliment. Grossir, ça se passe aussi dans la tête.

Personne ne vous force à étaler votre vie privée ou à prendre la parole si vous n’en avez aucune envie. Vous pouvez tout à fait bien vous planquer dans un coin, ne jamais poser de question, ni participer. Personne ne vous en voudra. Notre animatrice note en revanche les plus belles pertes de la semaine et demande aux participantes ce qu’elles ont mis en place pour y arriver. C’est tout, c’est valorisant, ça n’est jamais humiliant.

Le seul truc que je trouve un peu pénible, c’est le placement de produits: on vous « encourage » à acheter, même si cela reste toujours très discret. J’adore dénicher de nouveaux livres de recettes, donc je suis une plutôt bonne cliente, mais je peux tout à fait comprendre que certains trouvent cela pénible.

Voilà, j’espère avoir répondu aux questions que certain(e)s peuvent se poser, surtout n’hésitez pas à en poser d’autres dans les commentaires si vous le souhaitez!

 

You Might Also Like

9 Comments

  • Reply Camille P. 18 avril 2018 at 11 h 40 min

    je me suis inscrite via vente privée grace à toi, et j’ai ma première réunion ce soir. Je me demandais justement comment ça allait se passer.
    Pour l’instant, c’est pas facile. Surtout que j’avais des bons gateaux anglais à terminer ( un Mark & spencer à la gare de Lille, forcément c’est trop tentant pour résister). Mais je n’en achète plus, et je me remets aux fruits.
    Je vais me faire mes plats plutôt que d’aller tous les jours au resto d’entreprise, et ça ira mieux aussi je pense. Parce que là, même si je prends une viande blanche, elle est cuisinée avec de l’huile, du beurre etc… ce que je ne fais pas.
    Et comme je suis une bouche à sucre, j’ai trouvé ce site avec plein de recettes adaptées aux smart points : http://rachel-cuisine.fr/2017/01/banana-bread-sans-matieres-grasses-aux-cramberries.html

    Bref, merci d’en avoir parlé, j’aimerai bien avoir perdu quelques kilos pour être jolie le jour du mariage du prince harry 🙂 ( Enfin me sentir jolie^^)

    • Reply Urbanie 18 avril 2018 at 23 h 08 min

      Alors, comment as tu trouvé la réunion?
      Pour les matières grasses, ce n’est pas forcément grave s’il y’en a (chez WW, ils t’encouragent à en consommer un minimum, les matières grasses, surtout végétales, étant indispensables pour « nourrir » ton corps et cerveau). Je vais regarder le site dont tu me parles!

  • Reply Caro - WonderMumBreizh 18 avril 2018 at 12 h 53 min

    WW c’est une solution qui pourrait me convenir apres la grossesse. Pourquoi pas ! A réfléchir 😉

  • Reply Lunaly 18 avril 2018 at 14 h 35 min

    Merci pour cet article, c’est intéressant de savoir comment se déroule une réunion Outre ma belle mère qui a fait WW, j’ai une collègue et une amie qui le font et elles ont bien perdus et toutes disent que les réunions c’est top. Ma belle-mère lorsqu’elle a fait le programme, a aussi acheté pas mal de livres de recettes, d’ailleurs je lui ai piqué certaines. Et le magazine, tu l’achètes?. Tu en penses quoi?.

    • Reply Urbanie 18 avril 2018 at 23 h 07 min

      J’ai acheté le magazine une fois seulement (je crois qu’il sort une fois par trimestre, non?), et je le trouve pas mal. Ce qui me motive surtout, ce sont les témoignages, et on en trouve beaucoup sur le site de WW (ils ont un espace abonnés où tu peux échanger avec les autres adhérents, il y’a des parcours exemplaires qui motivent énormément!).

      • Reply Lunaly 20 avril 2018 at 10 h 28 min

        Le magazine est bimensuel. C’est vrai qu’il est vraiment pas mal et tout comme toi j’aime bien les témoignages des personnes ayant perdu du poids, ça motive pas mal. J’aime bien aussi les recettes qui y sont proposées dedans. La version online semble intéressante d’après ce que tu me dis.

  • Reply Cricri2j 18 avril 2018 at 21 h 26 min

    J ai pris l abonnement sans les réunions sur VP après t avoir lu. Je ne m y suis pas encore mise. Je trainasse…
    Mais je l avais fait il y a quelques années et j avais perdu quelques kilos avant de me démotiver. Je vais essayer d être plus rigoureuse cette fois-ci!

    • Reply Urbanie 18 avril 2018 at 23 h 05 min

      Je te souhaite beaucoup de succès alors! 🙂

  • Reply Madame Bobette 24 avril 2018 at 12 h 27 min

    Bon, bah voilà, je t’ai lu et je me suis finalement laissé convaincre par tes 2 derniers articles… J’ai pris l’abonnement pour 2 mois à l’appli, on verra si j’arrive à faire un peu bouger les choses! J’y crois!
    Si tu as des conseils pour bien commencer, n’hésite pas 😉

  • Leave a Reply