Deuil périnatal

Vivre la fête des mères quand on a perdu son bébé

24 mai 2019

Ce dimanche 26 mai, ça ne vous aura pas échappé, ce sera la fête des mères. Et, alors que je trie inlassablement depuis plusieurs jours déjà ma boite mail débordant de spams commerciaux en tout genre (« attention, plus que 48h, stocks limités ! »), je me demande encore comment je suis sensée vivre cette affaire. Comme chaque année depuis 5 ans.

 

Parce que je sais déjà ce qui m’attend : ce dimanche, pendant que mes contacts Facebook posteront des photos enamourées de jolis bouquets et de poèmes rédigés d’une écriture tremblante par une petite main encore mal assurée, je passerai la journée à osciller entre joie de recevoir (j’attends un collier de nouilles de la part de ma fille de pieds ferme – mon mari est prévenu), et une certaine forme de mélancolie. Parce que voilà, après deux IMG, la fête n’a plus tout à fait la même saveur. Bien entendu, j’ai eu l’immense chance de redevenir maman, je me sens donc « légitime » à la fêter publiquement. Mais cette fête des mères, comme toutes les dates anniversaires, me renvoie inévitablement vers mes deux autres filles, celles dont personne ne parle, celles qui ne sont pas là. Celles dont personne ne comprendrait vraiment qu’elles me manquent encore, après toutes ces années, pour cette journée un peu particulière.

 

J’ai eu de la chance :  en 2015, pour ma première fête des mères post-IMG, j’étais déjà enceinte. Je pense que cette grossesse m’a sauvée en m’évitant de sombrer dans un état dépressif carabiné. Comme si Noel n’était pas déjà si pénible comme ça. Chaque mail commercial reçu était comme un coup de poignard pour me rappeler mon statut perdu. J’avais l’impression que ma boite mail me hurlait : « Ah, non désolée : ce ne sera pas pour toi cette année ! ». Mon mari m’avait offert un joli bouquet pour l’occasion, une façon de me dire : « moi je sais que tu es maman ». J’avais néanmoins patiemment attendu que la journée se passe, histoire d’en finir une bonne fois pour toutes. Mais que faire des conversations à table, entre collègues, le lundi suivant ? Comment participer aux discussions sur les cadeaux reçus par celles qui avaient eu plus de chance que moi ? Bien évidemment, je n’ai rien dit, j’ai avalé ma purée froide sans broncher, en faisant semblant que tout ceci ne m’atteignait pas.

 

Les années suivantes, les choses ont été plus simples : ma fille, Kate, était arrivée. J’étais reconnue comme maman parmi les autres mamans. Même après ma seconde IMG. Mais je n’ai jamais cessé de passer cette journée avec une pensée particulière pour mes deux autres filles. Et je sais que, chaque fois que mon mari m’offre un cadeau pour l’occasion, il le fait au nom de nos trois filles.

 

C’est, de toutes façons, toute l’ambivalence de notre statut : garder les deux pieds dans le monde des vivants, et une pensée dans celui des morts – parce que si nous ne pensons pas à nos enfants, qui le fera ?

 

Alors pour cette nouvelle fête des mères qui s’annonce, j’ai une pensée particulière pour toutes celles qui ne la fêteront pas, ou pas tout à fait comme les autres. Pour les familles incomplètes, et les mamans cabossées. Prenez soin de vous, éteignez votre boite mail, coupez-vous des réseaux sociaux si vous redoutez de souffrir en contemplant les photos des autres. Et, surtout : souvenez-vous que cette journée finit par passer, c’est promis.

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply La parenthèse psy 24 mai 2019 at 11 h 11 min

    Hey,
    J’ai été très émue en lisant ton billet. Je n’aime pas particulièrement fêter la fêtes des mères (je ne suis pas maman), mais ton article m’ouvre les yeux sur des choses auxquelles je n’avais pas pris le temps de réfléchir: la parentalité après une IMG. Alors merci pour cet apport et courage à toutes celles qui sont passées par là.
    Line

  • Reply Gueret 24 mai 2019 at 13 h 26 min

    Merci pour ce mot si tendre mais aussi un vrai cri du cœur… un besoin…
    Comme toi maman d’une petite Mahaut mais aussi de 2 anges Jehanne et Blanche…
    Rester connectée à elles il n’y a que ça qui fait sens pour moi.
    Ma grande me guide et je la laisse m’emporter, accompagnée de mes 2 autres filles.
    Des bisous à toutes ⭐️⭐️⭐️

  • Reply Virginie HB 24 mai 2019 at 13 h 48 min

    Merci Urbanie… Moi j’irai crier haut et fort sur tous les réseaux sociaux, Bonne fêtes à toutes les jolies Mamange de la terre.
    Et je regarderais le ciel pour tenté d’y voir un petit bouquet dans les nuages de la part de mon Samuel ⭐

  • Reply petitsruisseauxgrandesrivieres 24 mai 2019 at 14 h 45 min

    Comme je te comprends… C’est vrai qu’on ne pense pas souvent aux mamans qui n’ont pas leurs enfants, qu’ils soient décédés comme dans ton cas, ou qu’elles soient séparées d’eux ce jour-là. D’ailleurs aujourd’hui les Fabuleuses au Foyer ont publié un texte que j’ai écrit sur les mamans seules le jour de la fête des mères, situation sinistre que j’ai vécue… Je me souviens si vivement encore de mon chagrin ce jour-là que je voulais dire à toutes ces mamans que je sais ce que c’est de vivre cette solitude. Ne les oublions pas ! Bises et bonne fête, malgré ce sentiment doux-amer, à toi maman de trois filles <3

  • Reply charlotte aux petits pois 24 mai 2019 at 22 h 42 min

    Putain (pardon, je peux plus le dire, ma fille me reprend (true story) #badmum, alors je l’écris à l’envi)! Que c’est dur de vivre ces deuils invisibles et silencieux. Parce que pour toutes ces femmes, toutes ces étapes de vie ne semblent jamais légitimes; parce qu’il faut supporter les belles-mères consolées et cajolées car son chat est mort et que « comment vivre la fête des mères quand je suis éventrée dans ma maternité par la perte de Dada, mon chat chéri » (true story too); parce que tu dois encore vivre un Noël, un anniversaire ou une fête des mères sans elles; parce que malgré le bonheur de partager ces moments avec ses enfants présents, le(s) autre(s) sont tellement là et si absents à la fois.
    Je te souhaite un superbe collier de nouilles, un beau bouquet, des moments de joie et des pensées douces pour tes deux filles qui ne pourront pas te serrer dans leurs bras. Je t’envoie beaucoup de courage et de tendresse. Et surtout… Je te souhaite tellement de belles choses à l’avenir.

    • Reply Urbanie 25 mai 2019 at 10 h 51 min

      Merci beaucoup Charlotte. <3
      (Noooon pour la belle-mère? Oh la la...)

  • Reply Delphine 25 mai 2019 at 0 h 16 min

    Merci beaucoup pour ce texte, qui met des mots sur cette fête des mères que j’appréhende beaucoup cette année… Première fête des mères en tant que « maman cabossé »…Elle n’aura plus la même saveur qu’auparavant, et en même temps il faudra rester forte pour ma grande fille.
    Merci Urbanie pour ces mots qui m’ont beaucoup touchée.
    Dimanche, je penserai à toi Urbanie, et à toutes ces mamans « cabossées » par la vie.

  • Reply Aurelie 25 mai 2019 at 7 h 44 min

    Merci pour ce bel article ! J’ai un petit garçon de 2 ans (donc je suis une « légitime » aussi ) mais j’ai aussi connu une FC et ma date DPA était prévue pour aujourd’hui le 25/05 veille de fête des mères … fucking coïncidence !

  • Reply Aurore 25 mai 2019 at 20 h 14 min

    Pour ma part, je suis dans le cas inverse. Si je devais écrire un article dessus se serait Vivre la fête des mères sans sa maman. C’est fou, je n’ai jamais aimé cette fête comme pour la St-Valentin, il y a pour moi un aspect marketing. Mais quand on perd un être cher cela ne compte plus, le monde lui fête des mères. Alors tu auras droit à tous les emails « Gâter votre maman » au post Instagram « Maman, je t’aime » et forcément impossible de ne pas être touché, impossible de ne pas y penser. Alors demain, se sera la même stratégie que celle des mamans cabossées on va tout couper et prendre un grand bol d’air !

    • Reply Urbanie 25 mai 2019 at 22 h 13 min

      Je suis dans cette situation aussi, j’ai perdu ma mère très jeune. C’est également très difficile à vivre dans ce sens la.

  • Reply Jenny 26 mai 2019 at 18 h 53 min

    Bonjour,

    Merci pour ce texte, je l ai lu avec les larmes…je me suis reconnue dans ce texte. 1ère fête des mamans et sans mon petit bout. Ce n’est pas évident pour personne, ma propre maman n osait pas me parler de fête de mère.
    J appréhende ce jour depuis plusieurs jours, mon conjoint ne sait pas comment m aider dans cette étape. Je suis maman, sans vraiment l’être ( je n ai pas d autres enfants ) … Parfois j ai envie de crier que moi aussi je suis Maman, moi aussi je me suis inquiétée pour mon bébé…. et de dire aux parents qu’ ils ont de la chance d avoir leur enfant près d eux. Je les toucher, les sentir…
    J envoie tout plein de courage à toutes les mamans qui ont perdu un enfant. ❤❤❤❤

    • Reply Urbanie 27 mai 2019 at 13 h 29 min

      Bonjour Jenny,

      J’espère que cela va un peu mieux aujourd’hui. Les dates anniversaires et de célébrations sont toujours très compliquées à vivre.
      Il existe un forum qui pourra t’aider si tu ressens le besoin de partager avec d’autres mamans endeuillées: http://www.petiteemilie.org/forum/

      Bien à toi,

      urbanie

    Leave a Reply