La minute littéraire

Un mariage américain, Tayari Jones (Grand Prix des lectrices de ELLE 2020)

23 septembre 2019

Celestial et Roy sont (relativement) jeunes, beaux, brillants, ambitieux. Celestial et Roy viennent de se marier, l’avenir qui leur est promis s’annonce absolument radieux. Malheureusement, Celestial et Roy sont noirs, dans un Etat du sud où le racisme ordinaire continue de faire des ravages. Un matin, Roy est arrêté et accusé du viol d’une vieille dame, jeté en prison et condamné à 12 ans de réclusion au terme d’un procès bâclé. Son couple tient, bon gré, mal gré, jusqu’à ce que Celestial se rapproche d’Andre, son ami d’enfance.

 

Voilà un livre que je me retrouve bien embêtée à chroniquer : parce que, vous voyez, j’aurais adoré l’adorer. L’histoire est bien écrite, les personnages superbement construits, le roman, dés le départ, est plein de promesses. L’auteure (autrice ?) choisit de ne pas se focaliser sur le procès de Roy pour se concentrer uniquement sur le triangle amoureux qui s’établit entre les personnages principaux, qu’elle fait parler à tour de rôle.

J’avoue que j’aurais sans doute préféré que le procès de Roy fasse l’objet d’un peu plus d’attention dés le début du roman, au lieu de se retrouver réduit à quelques lignes, mais après tout, c’est aussi un parti pris.

J’avoue avoir été cependant légèrement déçue de la narration entre les personnages : l’excellente série The Affair nous a bien montré que, en matière de relations amoureuses, les non-dits, la subjectivité de chacun et les interprétations étaient légion. Il manque sans doute un peu de cela, dans les récits d’Andre, de Celestial et de Roy qui, s’ils sont extrêmement bien construits, demeurent malgré tout un peu trop « cohérents » entre eux (que celui qui n’a jamais vu un couple se séparer me jette la première pierre, mais d‘expérience, les récits inter-protagonistes sont rarement d’une linéarité exemplaire).

 

La fin, véritable combat à mains nues entre Roy Et Andre pour savoir qui remportera Celestial (qui, d’artiste accomplie et businesswoman indépendante, remet entièrement sa vie amoureuse entre les mains de ses amants – certes par culpabilité envers Roy, mais quand même !) s’allonge à n’en plus finir. J’avoue, le livre m’est quelque fois tombé des mains lors des dernières pages.

 

Et c’est bien ce que je « reproche » à ce livre, en fin de compte : d’un roman sur le destin brisé d’un couple, sur une erreur judiciaire fondée sur le racisme d’un état où la justice ne sait pas se remettre en question quand il est question d’emprisonner des citoyens afro-américains, d’un roman au potentiel incroyable, nous terminons sur une bête querelle de couples, sur une résignation amoureuse qui m’a laissé un gout d’inachevé. J’aurais aimé, je pense, que l’histoire serve un tableau un peu plus grand. Malgré tout, je n’irais pas jusqu’à dire que je n’ai pas aimé ce livre. Je dirais juste que je reste un peu déçue de son potentiel qui, à mon sens, est inachevé.

Bref, je vous laisse vous faire votre opinion, si le lire vous intéresse: ce ne sera ni un mauvais choix, ni un mauvais achat.

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply