Je raconte ma vie

Nouvelles en vrac

26 mars 2018

Un nouveau billet un peu fourre-tout pour vous donner quelques nouvelles.

Celles et ceux qui me suivent sur Facebook le savent, j’ai été interviewée dans le cadre du prochain film de Yann Arthus-Bertrand, « WOMAN » (la bande annonce est ici, si cela vous intéresse). J’ai été contactée grâce à Laetitia de Lignes de Vie (encore merci!) pour parler de mon expérience du deuil périnatal, mais pas seulement, puisque j’ai aussi été questionnée sur ma vie de femme. Sans vous en dire plus pour ne rien spoiler, j’ai vraiment hâte de voir le résultat étant donné que ce sont près de 3000 femmes du monde entier (avec des parcours extrêmement différents et sans doute parfois très douloureux, vous vous en doutez) qui seront interviewées au final. Pas sur donc que je fasse partie du final cut, mais je suis néanmoins très fière d’avoir pu apporter une petite contribution, aussi modeste soit-elle. Et puis j’ai également eu l’immense chance de passer un petit peu de temps avec l’équipe, dont le réalisateur himself, puisque le jour du tournage j’ai déboulé en plein pendant un déjeuner – un problème d’agenda décalé, je n’avais jamais reçu le message me disant d’arriver un peu plus tard, du coup je suis arrivée littéralement au moment du dessert. Bonus: j’ai donc passé une petite heure à table avec tout ce petit monde, et c’était juste impressionnant et passionnant de les écouter parler de féminisme. En prime, avec mes deux interruptions médicales de grossesse, je me sentais vraiment toute petite quand ils se sont mis à parler des femmes victimes d’attaques à l’acide. Il est vrai qu’au final, je suis et je reste une privilégiée, quelles que soient les misères qui me soient arrivées au cours des dernières années. Ca ne fait jamais de mal de s’en souvenir.

Dans un autre domaine, je recommence à travailler en douceur sur les questions de résilience, chose que je souhaitais faire avant de tomber enceinte (je vous en avais parlé ici). Je suis donc en train de me farcir quelques ouvrages sur le sujet, dont le dernier livre de Sheryl Sandberg, numéro 2 de Facebook mais aussi veuve depuis peu (livre qui s’intitule « Option B »).

Bref, dites-moi si cela vous intéresse, je peux vous faire une petite fiche de lecture dans un article à ce sujet. Un petit avertissement cependant: si vous parlez anglais et que vous souhaitez vous le procurer, ne prenez pas la traduction qui laisse assez à désirer et passez directement à la version originale (je trouve que les tournures de phrases sont traduites un peu trop littéralement. C’est limite si je n’ai pas les phrases qui me sautent aux yeux en anglais quand je le lis en français, c’est presque désagréable en fait).

 

 

Je viens de découvrir « The Good Place » sur Netflix (cette plateforme regorge tellement de séries que j’ai à peine le temps d’en découvrir une qu’une autre sortie fait le buzz dans la foulée), l’histoire vraiment drôle et plutôt bien ficelée (mine de rien) d’une jeune femme égocentrique au possible (dans le langage courant, on appellerait ça une connasse) qui déboule par erreur au paradis (The Good Place, donc). C’est plutôt bien écrit, il y’a un joli rebondissement en fin de saison et c’est vraiment drôle (pour les amateurs, la série me fait beaucoup penser à « Silicon Valley », diffusée sur OCS en France) (Oui, je suis aussi abonnée à OCS, je me demande sérieusement ce que je faisais de ma vie avant les séries tv).

Une petite idée de mon intérieur, un jeudi matin, à 10h14 (oui, c’est précis, mais c’est pour que vous compreniez) (la bière datait de la veille, je n’en étais pas encore rendue à ce point 😉 Par contre, la ventouse, c’est du Kate tout craché, de même que le rouleau de sopalin soigneusement dévidé dans l’appartement et la poussette entièrement détruite. Je n’ai pas osé prendre de photo de sa chambre, par prudence la plus élémentaire – c’était un carnage)

Sinon, j’ai passé la semaine en tête-à-tête avec Kate la semaine dernière, la nounou étant absente. On va le formuler comme suit: j’en ai bavé des ronds de chapeau, ma chère petite fille de 2 ans et demi s’étant muée en ado boudeuse. Une longue succession de « non », « oui », NON, « siteuplé maman », et de « C’est moi qui décide » (je vous jure que ma fille me sort vraiment des trucs comme ça). Pas vraiment de « caprices » ni de crises au programme, mais je peux vous dire que j’ai attendu le vendredi soir avec une impatience non dissimulée. A la fin, j’avais juste envie de lui filer la télécommande et de la laisser mater Peppa Pig en boucle toute la journée histoire de souffler un peu (c’est le mal, nous sommes d’accord, mais parfois le parent doit savoir survivre). Bref, je rempile en mai et j’en frémis d’avance, je ne vous le cache pas.

Last but nos least (enfin, pour cette fois-ci), je me suis réinscrite à Weight Watchers il qu’a plusieurs semaines de cela. Je ne vous en parle pas trop pour ne pas me mettre une pression inutile, mais leur nouvelle formule est très efficace et je perds pas mal de poids. On fera un débrief sur le sujet quand ma perte de poids sera plus conséquente, mais pour le moment j’en suis vraiment ravie. Cerise sur le cheesecake (allégé), je vais même aux réunions (eh oui, on vieillit ma petite dame). Je ne le pensais pas, mais le fait d’y aller me motive bien plus que de devoir rentrer mes points sur mon appli, seule chez moi. Pire, je suis même devenue assidue. La peur du gendarme, sans doute, même si l’ambiance y est vraiment bienveillante. Bref, on en reparlera en temps utiles.

Je vous dis à très vite pour un autre sujet de fond (enfin, si j’ai le temps entre mes 15 séries du moment). 😉

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply Irène 26 mars 2018 at 21 h 59 min

    Je viens de regarder les deux saisons de The Good place, c’est brillant !

    • Reply Urbanie 26 mars 2018 at 22 h 39 min

      Oui, je pensais ne pas tenir deux épisodes et en fait je suis accro! 🙂

  • Reply Cricri2j 27 mars 2018 at 17 h 01 min

    Aussi drôle mais avec en toile de fond le handicap je conseille Speechless comme série

  • Leave a Reply