Murphy, les vacances, et moi.

Ça avait pourtant bien commencé: je venais de poser 6 jours après plusieurs semaines extrêmement chargées au travail. Le plan était simple: je me levais, je posais Kate à la crèche, je rentrais engloutir un petit déjeuner copieux devant une série TV, puis je me recouchais. J’avais déjà prévu les RDV chez le coiffeur, chez l’esthéticienne. Je m’étais dit que c’était chouette, quand même, cette semaine de vacances pile au moment où ma paie allait tomber. Du temps, de l’argent, du repos.

La belle vie pour une jeune maman.

 

Et ça a en effet plutôt bien démarré: les 3 premiers jours, j’ai pu profiter de mon temps libre pour rattraper mon sommeil en retard. Je suis allée déposer mon dossier de demande de place en crèche à la mairie, je me suis dit que « j’avais le temps » de faire ce qu’il y’avait à faire: le ménage, les 12 lessives en retard, câliner le chat.

 

Mercredi matin, je me lève, je joue avec Kate, je la couvre de bisous avant de la déposer à la crèche. Elle a la pêche, elle est bien.

A 10h56, la crèche m’appelle: « madame, Kate ne va pas très bien, il faudrait venir la chercher ».

En effet, Kate a la gastro. Je pense encore, à ce moment là, que cela ne sera l’affaire que d’une journée, deux maxi. Que je pourrai toujours profiter de mon vendredi pour récupérer, « au pire ».

A peine rentrées, Kate me vomit dessus: une fois, deux fois. La troisième fois, je comprends que la journée va être plus compliquée que prévue. Jean-Mi rentre pour me filer un coup de main, et à force de câlins et de dodos dans les bras de maman, Kate se remet bien. Le lendemain, elle semble guérie, je peux donc l’emmener à la crèche.

Moi, en revanche, ça va moyen: Kate m’a refilé sa gastro. Ca tombe bien, je ne perds pas espoir: il me reste deux jours de repos. Adios les petits-déjeuners gourmands sous la couette, mais ma foi, au moins je pourrai dormir.

 

Jean-Mi récupère Kate à la crèche pendant que j’agonise sur le canapé. De loin, je l’entends s’exclamer dans la chambre « tiens, c’est quoi ça? ». Je ne m’inquiète pas, un bébé ça fait des tonnes de trucs bizarres, hein.

Le lendemain matin, on se lève, on fait le biberon, des jeux, des câlins. Au moment de changer la couche, Kate nous fait une farce, pipi sur le matelas à langer. Elle est trempée, il faut la rhabiller.

Et c’est LA que j’ai su. Au moment précis où Jean-Mi lui retire son body, à l’instant même où je vois les petites traces rouges sur son corps, semblables à des piqures de moustique. Sauf que nous sommes en avril, et que dehors, il fait froid.

 

Je vous passe les détails, mais bien évidemment le pédiatre a confirmé le diagnostic (« ah ben il y’a peu de place au doute, hein, c’est bien la varicelle »); bien évidemment, nous avons eu un weekend un peu compliqué; bien évidemment, j’ai pu faire une croix sur mon dernier jour de repos.

Après renseignement, il s’avère que Kate est le « patient zéro » de sa crèche: je sens déjà peser sur moi les regards noirs des autres parents lorsque je rase les murs pour déposer Kate le matin.

Après renseignement toujours, il n’est pas certain que je l’ai eue, moi, la varicelle. Fin du suspense dans quelques jours, après la période d’incubation réglementaire.

 

Cela dit, si vous n’êtes pas encore passés par là, je vais vous dire ce que l’intégralité de mes amis parents m’ont affirmé: il vaut mieux attraper la varicelle une bonne fois pour toute, après, c’est fini.

Et puis on a eu du bol malgré tout: en dehors d’une nuit un peu « difficile », Kate a eu très peu de boutons, et a donc eu peu envie de trop se gratter.

 

Voilà. Mais la prochaine fois que je pose des vacances, je brûle un cierge à l’église avant.

 

9 Comments
  • maman est occupée
    avril 27, 2016

    Voilà une maladie infantile que l’on accepte car il est vrai que c’est toujours mieux de la contracter jeune, enfin, quand les parents n’ont pas prévu de congés !

    • Urbanie
      avril 27, 2016

      Oui, tout le monde m’a dit qu’elle avait le « bon » âge pour l’attraper. Après j’avoue que j’étais moins enthousiaste sur le moment! 😀

  • Pititefleur
    avril 27, 2016

    Je te confirme c’est une maladie qu’il vaut mieux ne pas avoir adulte et donc dans les crèches ils laissent les enfants venir !
    Franchement les parents des autres enfants devraient s’estimer « heureux » que Kate la leur refile 😉
    Sinon, je te rassure, ma mère a soigné ses deux filles et n’a jamais attrapé la varicelle. Par contre mon oncle, ça a été une longue histoire :)
    Les prochaines vacances seront plus reposantes :)

    • Urbanie
      avril 27, 2016

      Tout le monde m’a dit, sur le coup, que j’avais de la « chance » qu’elle l’attrape maintenant… ma foi, j’avoue qu’en dehors d’une nuit compliquée, globalement ça va. En fait j’ai trouvé ça plus dur pour sa gastro. :/

  • Mémento Eve
    avril 28, 2016

    Olala ça c’est pas de chance quand même. Mais une journée de gastro pour ta chérie tu t’en sors bien. Pour mon fils ça avait duré 10 jours… Un vrai enfer. Puis comme tu dis la varicelle il vaut mieux l’avoir tôt. J’espère que tes futures vacances arriveront très rapidement. ^^

  • Marine
    avril 28, 2016

    Oui ! Ce doit en effet être un grand classique ! Nous nous sommes octroyés 5 jours de vacances à Annecy (nous vivons en Bretagne, c’était pas bien raisonnable) en mars. On voulait emmener notre fille de 13 mois « à la neige » pour une journée, et se reposer un peu, manger au resto … bref, un peu de vacances, et même si c’était avec la petite, le fait de ne pas faire les repas, ni le ménage et de se changer d’air, on était enthousiastes ! Elle sortait juste de varicelle avec encore quelques petits boutons… Bilan : la prochaine fois, ce sera sans elle !! Sur les 5 jours, en fond, un bon gros rhume donc nuits de ***** Au 2è jour : conjonctivite … (donc, pas de neige, ça aurait été douloureux). Au 4è jour, on arrive au petit déjeuner : vomit en gerbes (ce n’était pour une fois pas moi qui la tenais dans mes bras ! youhou !). On ramasse, et on se dit « c’est les glaires (miam!) à cause du rhume)… Et là, re. AU retour dans la chambre… re. Je ne sais plus, mais entre les couches fuyantes et le ramassage de repas pré-digérés… on a finit par se rendre chez la pédiatre du coin (sans lui apporter le carnet de santé qui était pourtant dans la valise !). Soluté de réhydratation et compagnie, 8h de trajet plus tard, il nous a fallu à tous une semaine pour nous remettre de cette épopée… Alors, oui, la prochaine fois, ce sera une ou deux nuits, mais en couple seulement !!

    • Urbanie
      avril 29, 2016

      Ouh lalalalalala! Moi qui me plaignais de mes vacances pourries! J’avoue que tu me bats à plates coutures! Ma pauvre, on peut dire qu’elle vous a gâtés… (pardon, mais j’ai ri 😀 )

  • Marine
    avril 28, 2016

    Et oui, la varicelle, j’étais RAVIE qu’elle l’attrape !

  • Madame D
    mai 4, 2016

    Varicelle PARTYYYYYYYYYYYY !!!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *