Mon message à toutes les (futures) mamans

Le monde de la maternité peut paradoxalement manquer de bienveillance. Alors voila ce que j’aimerais te dire à toi, qui attends un bébé ou qui vient d’accoucher.

 

C’est OK de dire que tu n’aimes pas ta grossesse. Cela ne fera pas de toi une mauvaise mère, simplement une femme dont le corps change de façon drastique en quelques mois, parfois en te rendant malade comme un chien. Je ne connais pas beaucoup de gens qui aiment être malade comme un chien, pourquoi le devrais-tu, toi?

 

C’est OK d’être malade. Les hormones, un utérus qui passe de la taille d’un citron à celui d’une citrouille, un bébé qui appuie là où il ne faudrait pas. Ce n’est pas de ta faute, ce n’est pas parce que tu ne positives pas assez, ce n’est pas « dans ta tête ». C’est comme ça, c’est tout.

 

C’est OK d’être perdue à la maternité. D’avoir peur de mal faire, de ne plus savoir où tu te trouves les premières secondes de ton réveil, de te sentir envahie par la ronde des médecins et des infirmières, de saturer des conseils et paradoxalement d’avoir besoin d’être accompagnée encore et encore dans chaque petit geste que tu accomplis. Un nouveau-né, c’est tellement fragile que ça peut en être terrifiant.

 

C’est OK de faire un baby blues, c’est OK de faire une dépression post-partum. Ce n’est pas de ta faute, ça arrive à tellement de femmes que tu n’es ni anormale, ni une mauvaise mère. Les hormones qui foutent le camp en quelques jours, une histoire personnelle pas toujours bien digérée, un accouchement en deçà de ce que tu avais imaginé. C’est OK, ça arrive, et le plus important, c’est d’en parler et d’être bien accompagnée.

 

C’est OK de pleurer après une fausse couche, ou de mettre du temps à te relever du décès de ton bébé. C’est normal, et si les gens te pressent de tourner la page, c’est surtout parce qu’ils ont la trouille que tu ailles de plus en plus mal. Mais tu sais quoi? C’est OK d’aller mal. Si tu n’as pas le droit d’aller mal maintenant, alors quand?

 

C’est OK d’avoir une grossesse de rêve, de courir toute la journée sans sentir la fatigue, de ne pas souffrir de nausées et de garder le moral pendant 9 mois. (Pitié, dis-moi ce que tu prends, j’en veux! 😉 ).

 

C’est OK de se découvrir un instinct maternel sorti de nulle part, de ne pas galérer face à son nouveau-né, de ne même pas avoir le moindre baby-blues. Je le sais, ça m’est arrivé.

 

Là où ce n’est « pas OK », en revanche, c’est quand je tombe, en 2017, sur des articles de blogs, des témoignages, qui culpabilisent et jugent celles qui flanchent, celles qui galèrent, celles qui ne trouvent pas leurs marques, celles qui vomissent et celles qui perdent espoir. Je suis en colère quand je vois un tel manque de bienveillance à un moment où l’on peut justement être si fragile, et si en demande. Si je peux comprendre la tentation de gonfler son égo en s’imaginant être une warrior de la maternité, ce que je ne comprends pas, en revanche, c’est cette volonté de certaines de mettre les autres plus bas que terre.

 

Je n’interviens presque jamais sur les blogs des consoeurs ou des copines, mais j’ai encore une fois aujourd’hui du pousser une gueulante dans des commentaires face à un article qui m’a tout simplement sidérée par sa méchanceté gratuite, son manque de recul, son jugement outrancier. Je ne vous communiquerai PAS le nom du site en question pour ne pas augmenter son trafic (je note cependant que je suis intervenue à deux reprises sur ce site, je pense qu’il est grand temps que je ne lise plus… c’est aussi de ma faute, je vous l’accorde, quand on connait la ligne éditoriale d’un site, on sait ce qu’on risque d’y trouver) , mais je vous le demande, par pitié: aimez-vous les unes les autres (bordel de crotte). Ou, à minima, gardez vos jugements à l’emporte pièce pour le miroir de votre salle de bain, et foutez la paix aux autres mères.

 

Peace & love à toutes.

18 Comments
  • Jehanne
    septembre 19, 2017

    Du coup, j’ai failli commenter en disant le nom du site, parce que j’ai vu ton commentaire sur l’article en question! :)
    MErce, encore et toujours pour ta bienveillance, et ta pertinence. Merci.

    • Urbanie
      septembre 20, 2017

      Merci à toi!

  • Picou
    septembre 19, 2017

    Du coup je suis curieuse! D’une pour le site en lui même, mais aussi parce que je lis des centaines de blogs et que j’ai pourtant rarement croisé ce genre d’articles…peut être parce que sans m’en rendre compte je les sélectionne en fonction…

    • Urbanie
      septembre 20, 2017

      Je comprends, j’ai décidé malgré tout de ne pas orienter vers le site en question: pour ne pas leur faire de traffic supplémentaire, pour ne pas non plus montrer du doigt. :)

  • Maman Sur Le Fil
    septembre 19, 2017

    Je n’ai pas lu cet article dont tu parles et je ne chercherais pas à la lire. dès que je sans une once de méchanceté gratuite, ou de mauvais esprit, je zappe. Ce n’est pas ma façon de voir les choses ! Alors merci du rappel…

    Keep cool

    Virginie

    • Urbanie
      septembre 20, 2017

      :)

  • Maman ordinaire
    septembre 19, 2017

    T’es sûre que tu veux pas donner le site ? Ça m’intrigue comme picou. J’ai vu beaucoup de malveillance sur certains groupes facebook mais jamais dans un article.
    En tout cas merci pour celui la. J’ai fait suivre à toutes mes copines enceintes ou juste accouchées !

    • Urbanie
      septembre 20, 2017

      Sure! :) Merci à toi!

  • Ségolène
    septembre 20, 2017

    Je suis tellement d’accord avec toi. Je suis maman d’un grand garçon de 12 ans qui est tombé du ciel, c’est lui qui m’a faite maman. Je me suis séparée de son papa quand Petitou avait 6 mois, ont suivi 4,5 ans de maman solo. Et puis, on a rencontré M. Fossettes et on a voulu agrandir la famille. Cette fois-ci, ça a été très compliqué: 6 ans d’attente dont 4 de PMA, une fausse-couche et puis un miracle: un bébé qui s’installe. C’était notre tout dernier essai (après 4 FIV et 5 transferts TEC).
    Malgré tout, même si je suis ravie d’être enceinte et que j’essaie d’en profiter au maximum parce que ce sera probablement la dernière grossesse, je suis contente que les nausées s’apaisent enfin. Je suis à 16SA, les trois 1e mois ont été difficiles (nausées h24, elles arrivaient à me réveiller la nuit), les vomissements ne sont plus qu’exceptionnels et que le matin donc plus faciles à gérer que le soir après le repas.
    Alors on peut être heureuse d’attendre un enfant et avoir une grossesse pas facile, ne pas être aussi épanouie qu’on aimerait. Et cela n’a rien à voir avec l’amour qu’on porte à notre enfant. Clairement, ce bébé que je porte a été attendu pendant 6 ans par son grand frère, son papa et moi, sans parler des grand-parents et du reste de la famille et des amis proches.

    • Urbanie
      septembre 20, 2017

      Comme je te comprends et comme je suis d’accord! :) Courage pour cette fin de grossesse, j’espère que tes nausées te laisseront tranquille pour de bon!

  • gros0eil
    septembre 20, 2017

    Comme les autres j’aimerais beaucoup voir cet article 😮
    Ici deux bébé couettes alors que nous n’avions que 30% de chances de réussite par FIV-ICSI. Deux grossesses assez difficiles pour ma part, enfin surtout la première. Je me retenais sans cesse de me plaindre de peur d’être jugées par les autres et je trouvais surtout que je n’avais pas le droit de dire que j’étais mal enceinte vis à vis des femmes en PMA aussi.
    Aujourd’hui je suis consciente de la chance que j’ai d’avoir mes deux petits garçons mais je n’hésite plus à dire que je suis physiquement mal quand je suis enceinte et je parle aussi ouvertement du fameux baby blues (bien que court chez moi j’y suis passée aussi).

  • VIAL
    septembre 20, 2017

    Je ne suis pas maman. Je le serais, j’espère prochainement. Mais j’ai lu l’article en question et j’espérais trouver du réconfort car effectivement, aujourd’hui on manque de bienveillance? J’espérais un article plein de positivisme et douceur, dans le bon sens quoi. Qui fasse balance avec les commentaires des mamans fatiguées et dépassées, qui n’en viennent qu’à parler des mauvais côtés de la grossesse ou maternité (ce que je comprends totalement)… Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant cet article bourré de préjugés et d’intolérance…. Merci donc pour ce bel article qui lui répond de la plus belle des manières! J’espère qu’elle lira tous les commentaires et articles suscités par son témoignage et qu’elle comprendra qu’elle n’est pas meilleure que toutes les autres maman qui font de leur mieux avec ce qu’elles ont!!

  • Ally
    septembre 20, 2017

    Je vis actuellement dans le 6eme paragraphe.
    Alors tout simplement merci.

  • Madame Bobette
    septembre 20, 2017

    Merci pour cet article plein de bienveillance.
    Je pense qu’un rappel est toujours le bienvenu et on se sent moins seule et comprise quoiqu’il arrive en te lisant.
    Heureusement, je ne suis jamais tombée sur ce genre d’article encore… J’espère que ça continuera ainsi!

  • Madame Lavande
    septembre 21, 2017

    J’ai en effet lu cet article… Au début je me suis dit tiens, moi aussi j’ai eu beaucoup « d’oiseaux de mauvaise augure » pendant ma grossesse. Mon mari en avait d’ailleurs ras le pompon des gens qui nous disait « tu verras ton bébé- au choix- hurlera, vomira partout, sera intenable, fera ses nuits à deux ans etc. »
    Nous, après 2 fausses couches, justement on voulait juste voir, pas imaginer le pire.

    Et puis j’ai lu la suite de l’article… et je me suis dis que cette nana était quand même vachement aigrie pour quelqu’un de toujours positif comme elle dit !
    Qu’on ne vive pas tous (et heureusement) un baby blues, une dépression postpartum ou un accouchement catastrophique n’empêche pas que d’autres le vivent et en souffrent ! Alors si en plus ils n’ont pas le droit de se plaindre et pensent qu’ils sont tous seuls à galérer, c’est encore plus dur.
    Alors oui, devenir maman c’est un miracle de la vie, mais parfois le chemin est long et difficile et quand on est au creux de la vague on a besoin de soutien, pas qu’une « warrior de la maternité », comme tu dis si bien, nous enfonce la tête sous l’eau
    Merci Urbanie d’avoir si bien su mettre les point sur les i.

  • Julie
    septembre 21, 2017

    Je viens de voir l’article par hasard.. en effet c’est violent, culpabilisant, stupide, inutile. Personne n’a besoin de lire ça.
    Merci pour tout ce que tu as écrit. La maternité est une épreuve différente pour chacune, il faut qu’on se serre les coudes. Tout simplement.

  • Floria
    septembre 21, 2017

    J’ai fais une dépression post post-partum, et même si elle n’a pas durée longtemps, je m’en suis pris plein la gueule seulement parce que je voulais souffler, dormir et retourner au boulot. J’adore mon fils, ça c’est indéniable, cependant, les premiers mois de sa vie ont étés très durs, je ne dormais que rarement plus d’une heure d’affilée de jour comme de nuits. Mais j’ai eu de la chance car il a fait ses nuits assez tôt (3 mois et demi). Berf, depuis que je suis devenue maman, j’ai remarqué que c’était sans arrêt sujet à polémiques. C’est con à dire mais les autres ne supportent pas que l’on ne pense pas comme eux.

  • Swiixou
    septembre 22, 2017

    Mais c’est tellement vrai tout ça…
    Comme une impression que tout ce qui touche à la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, biberon, soin, portage, éducation, …) tout est du domaine public, où chacun se sent investi d’une mission: t’apprendre, te montrer comment il fait mieux.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *