Je raconte ma vie

Mes bonnes résolutions

28 février 2019

Attends, attends: la meuf elle fait ses bonnes résolutions début mars quoi. DÉBUT MARS.

Ouais, bon, je sais. Faut dire aussi que je ne suis pas fan des grandes résolutions prises le 31 au soir, dans un grand moment d’inspiration comme seules les nouvelles années savent en faire, l’optimisme alcoolisé en sus.

Et puis j’avais besoin de tester un peu mes motivations, justement. Histoire de voir si, entre le 1er janvier et le 15 février, elles ne se seraient pas fait la malle avec mon abonnement à la salle de sport.

Donc, en 2019, je me souhaite:

De sortir de ma tanière

Magie du deuil périnatal, et des temps qui virent à l’orage: j’ai passé 2018 recluse dans ma tanière. Pas envie de sortir, de faire semblant, de demander des nouvelles aux jeunes parents ni d’affronter le regard des autres. En 2018, j’avais besoin de prendre soin de moi: physiquement, mentalement, spirituellement. Et moi, quand ça ne va pas, je me roule en boule sous la couette avec Netflix à portée de main. Enfin, pas que. Mais vous saisissez le principe.

Mon premier objectif étant atteint (=prendre soin de moi), j’ai de nouveau envie de revoir du monde et de retisser un peu de lien social. C’est plutôt bon signe, cela signifie que le deuil fait son job bien comme il faut.

Bref, en 2019, je renoue avec les copains perdus de vue depuis trop longtemps ou les autres jeunes parents. Je dois encore un peu me forcer pour le moment, je vous avoue qu’on ne retrouve pas une vie sociale en un claquement de doigts, et que je m’étais habituée à rester tranquillou chez moi, mais le baptême de Kate a fait beaucoup de bien et nous a permis de relancer la machine.

De voyager

Il y’a bien une chose que nous faisons peu, très, très peu avec Jean-Mi: les voyages.

Voila, je n’aime pas ça. C’est toujours trop cher/ trop loin/ trop noir de monde.  Je n’aime pas sortir de mon confort quotidien. Les randos bag packing à côtoyer des insectes chelous en se faisant des crevasses aux pieds, les hôtels submergés de familles trop heureuses d’être entassées à 12 autour d’un parasol devant une piscine pleine de pipi à s’esclaffer au moindre rayon de soleil avec la même rengaine en fond sonore rabachée jusqu’à la nausée (« On est bien là, hein, hein on est bien?« ): merci, mais non merci. Vraiment. Je veux mon confort, ne pas avoir à prendre l’avion (on ne me fera pas croire qu’un machin aussi lourd est réellement fait pour voler dans les airs sans embrouilles à l’arrivée), un lit douillet et de la bonne cuisine. Je n’aime pas les fortes chaleurs, me mettre en maillot à la plage, me retrouver prise pour une conne dans des boutiques de touristes et me coltiner les remarques limites de voisins de trajet (« et vous en pensez quoi, des gilets jaunes?« ).

MAIS: force est de constater que nous ne sommes que trop (trop, trop ) peu partis en vacances ces dernières années, et Kate commence à nous le réclamer (elle veut surtout « prendre l’avion maman », mais je crois qu’elle n’a pas trop pigé le concept du plateau repas tiède servi dans un siège éco exigu). Et en vrai, je pense que cela ne nous fera pas tant de mal que ça de prendre l’air. Donc 2019: nous voila! Enfin, je ne sais pas trop où, mais on va essayer de se faire deux ou trois weekends prolongés. C’est dans les tuyaux, en espérant que notre poisse légendaire ne nous fasse pas de mauvais coups avant même d’être partis (ne riez pas, mais à chaque fois que nous avons été invités à un mariage ces dernières années – avec la tentation de se prendre le petit weekend au grand air qui va avec, il nous est arrivé un truc chelou ou pourri juste avant le départ. C’est devenu une blague entre nous, mais nous sommes de noces en avril, je prie très très fort pour que le karma nous lâche la grappe cette fois au moins).

De lâcher du lest au boulot

Gros dossier me concernant, mais j’ai décidé que 2019 serait l’année de la modération. Je suis la nana qui s’ennuie toujours un peu trop vite, celle qui a constamment soif de nouveaux challenges, celle qui en veut toujours plus. Sauf que cette année, j’ai d’autres priorités, et j’ai bien retenu la leçon des grossesses précédentes: m’absenter dés les premières nausées pour ne réapparaitre que la veille du congé mat n’aide pas vraiment à se faire un trou dans l’open space. Donc je laisse pisser, je me préoccupe de mes autres projets – et advienne que pourra.

Lire

De base je lis. Partout, tout le temps, énormément. Enfin, je lisais. Avec nos actualités des derniers mois, j’avoue avoir eu du mal à me concentrer sur le même roman (je ne compte plus le nombre de livres à peine ouverts et déjà refermés en 2018…  Je sais bien que Pennac en a fait l’un de ses grands commandements du lecteur, mais j’avoue en avoir assez de voir les livres s’entasser, à peine ouverts et prenant déjà la poussière.

Un peu moins de Netflix, un peu plus de littérature, ce sera aussi mon mantra en 2018 – et cela tombe bien, je suis en train de dévorer plusieurs bouquins en ce moment; des superbes, des pas foufous, des déprimants – mais au moins, l’envie est revenue, et ça, c’est signe que c’est plutôt bien parti.

 

Bref, je vous aurais bien dit que je me souhaitais avant tout de devenir plus écolo, de porter des talons tous les jours ou de dompter enfin mes cheveux – mais je me suis dit qu’on allait déjà commencer par des résolutions tenables dans le temps. 😉

Et vous, vous en avez fait quoi de vos « bonnes résolutions »?

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Vivi 28 février 2019 at 16 h 19 min

    Pour moi mon Deuil périnatal est en phase 1 donc mon marathon netflix ne fait que commencer. Cependant ayant voyagé toute ma vie de par mon boulot, j’avoue que c’est vital pour moi « de prendre l’avion »… je me laisse du temps ( séries, couette et galette St michel) mais mon mari me pousse aussi à avancer dans nos projets : construire notre maison.
    Alors je me limiterai à ça pour cette année et c’est déjà pas mal

  • Reply Charlotte aux petits pois 19 mars 2019 at 23 h 05 min

    A chaque moment ses projets. Tu as fait ce que tu as pu et de ton mieux, En 2018. De jours meilleurs t’attendent en 2019… Du moins je te le souhaite.
    Perso, j’aimerais laisser la douleur de 2018 et renouer avec l’espoir. Mais bon.. Plus facile a dire qu’à faire.
    Je te souhaite de lacher du lest au boulot et partout. Je te soihaite des jours faciles et heureux. Et un peu de tranquillité… La vie ne t’a pas épargnée.

  • Leave a Reply