Pour toute question, tu peux m’envoyer un petit mail à urbanielamarmotteuse@gmail.com :)

3 Comments
  • Madeleine
    mai 5, 2016

    Bonjour Urbanie,
    Le mois dernier, j’ai fait un grand voyage au Japon avec mon mari. J’y ai découvert quelque chose de très surprenant pour un Français, et qui m’a fait penser à toi : les petites statuettes Jizô. Je me demandais si tu en avais déjà entendu parler ?
    Quand des parents ont perdu un enfant in utero ou juste après sa naissance, ils ne peuvent pas l’inhumer dans un cimetière bouddhiste (je ne sais pas pourquoi). Alors ils font faire une petite statue d’enfant assis (un jizô), ou alors ils en « adoptent » une déjà existante. Ensuite, ils l’habillent avec un petit bonnet rouge, un petit bavoir, parfois quelques jouets. Ils lui rendent visite régulièrement. Ces statuettes sont regroupées dans des grandes zones à proximité des temples.
    C’est très étrange au début. A la fois un peu puéril (on dirait que ces gens jouent à la poupée avec des statues) et très triste (bien que l’impression d’ensemble soit plutôt gaie, avec des couleurs vives et des jouets). Ca peut même paraître morbide à première vue. Mais après tout, pourquoi pas ?
    J’ai repensé à ce que tu racontes sur ce blog. Pourquoi n’y aurait-il pas des endroits dédiés pour chérir le souvenir de ces petits ? Et pourquoi les parents devraient-ils se « cacher » ? Et pourquoi faudrait-il qu’un tel lieu soit forcément lugubre et sombre ? D’ailleurs au Japon, ces lieux se visitent, les plus beaux sont mêmes indiqués dans les guides touristiques. Ce n’est pas « bizarre » d’aller s’y promener …
    Bref, ça m’a beaucoup fait réfléchir. Je me suis dit que, si tu ne connaissais pas encore, ça t’intéresserait peut-être.
    Bien à toi,
    Madeleine
    Bonne journée à toi,

    • Urbanie
      mai 5, 2016

      Merci beaucoup Madeleine pour ton témoignage,

      Non, je n’en avais jamais entendu parler, mais je trouve cela très beau donc je vais me renseigner. :)

      En France, la culture vis-à-vis des bébés décédés (avant ou après la naissance) est celle du silence, du tabou: il n’y pas de mot pour caractériser des parents endeuillés, je trouve cela assez révélateur. Il commence à y avoir des mémoriaux dans certains cimetières ou certains hôpitaux pour se recueillir sur les bébés partis trop tôt, mais cela reste encore caché, discret… nous avons beaucoup de mal à parler de cela de façon ouverte, sans être vues comme des personnes morbides, et c’est absurde! Les choses commencent cependant à bouger, notamment grâce à internet et au travail des associations, mais cela prend du temps.

      Merci encore pour ton commentaire, cela me touche beaucoup que tu aies pensé à m’en parler! :)

  • Vanessa
    octobre 15, 2016

    Félicitations pour ton blog et ta puce! Je ne me lasse pas de te lire de te suivre depuis que j ai vécu moi aussi la perte de notre bébé en janvier 2016. Tu me redonnes le sourire et l espoir. Merci du fond du cœur

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *