La vie de maman: ce que j’imaginais vs/ La Réalité

J’avoue: avant d’être maman, j’ai pas mal fantasmé sur « comment ça serait en vrai ». Et puis j’ai accouché. Et comment dire… c’est pas tout à fait ça.

 

LE MENAGE

Ce que j’imaginais: « Etre maman ne changera pas grand chose, on est déjà pas mal bordéliques, donc bon… »

La Réalité: Une bombe a explosé quelque part entre le salon et la chambre à coucher, mais où?

 

Sans mentir: un médecin est venu à la maison un mois après mon accouchement. Devant mon air contrit, elle a voulu me rassurer:

Médecin: « oh, ne vous inquiétez pas pour le ménage, j’en ai vu d’autres ».

Moi (rassurée): »Ah oui? »

Médecin: « Oui, hier j’étais dans l’appartement d’une vieille dame dont le salon a été incendié ».

 

Voilà.

 

 

LES NUITS

Ce que j’imaginais: « Kate se réveillera deux ou trois fois sans doute au début, et puis ensuite tout rentrera dans l’ordre. »

La Réalité: Les nuits ont un petit gout de Koh Lanta. Kate a passé les deux premiers mois à faire des nuits « normales », avec un réveil vers 5h pour le biberon. Depuis ses 2 mois, elle se réveille 5 à 15 fois par nuit pour une raison encore non identifiée à ce jour. Le manque de sommeil est devenu un état normal chez moi, et mes cernes sont désormais incrustées sous mes joues.

 

 

LA MATERNITE (le séjour)

Ce que j’imaginais: « Je vais rester 5 jours à me faire chouchouter, on recevra plein de visites et ce sera chouette chouette chouette! ».

La Réalité: je suis restée 5 jours à me faire chouchouter,mais j’ai eu envie de rentrer chez moi au bout de 3. Les nuits sur place m’ont sembles angoissantes et interminables, et j’ai reçu une seule visite en dehors de celles de mon mari vu qu’on était en plein mois d’aout.

La prochaine fois, j’accouche en janvier.

 

 

LA VIE SOCIALE

Ce que j’imaginais: « ouais, c’est bon, ça va rien changer non plus »

La Réalité: « Tu es dispo dans 3 semaines? Non? Le mois prochain? Non plus? Venir un soir en semaine???? Tu n’y penses pas! Non, il vaut mieux que tu passes un weekend, on sera plus tranquilles. En mai, c’est bon? Ah zut, c’est les ponts… écoute, je vérifie mon agenda, et on se rappelle pour se caler un truc en septembre, c’est bon? »

 

 

LES DISCUSSIONS SUR LA PARENTALITE

Ce que j’imaginais: « On ne sera pas d’accord, mais on échangera avec joie et amour de son prochain entre nous. Ceux qui ne sont pas parents nous écouteront sans rien dire et avec bienveillance, parce qu’ils ne savent pas. Des licornes verseront des seaux de fleurs sur nos paroles pour embaumer la discussion de paillettes scintillantes ».

La Réalité: Tout le monde a un avis très tranché sur tout, et si tu n’es pas d’accord, tu es une mauvaise mère. Ou une mauvaise personne. Ou un(e) abruti(e). Voire tout ça à la fois.

Ceux qui ne sont pas parents? Oh, ils ont tout autant un avis que les autres, avec en prime l’assurance de celui qui n’y connait pas grand chose mais qui croit tout savoir.

AU SECOURS.

 

licorne

Les discussions entre parents? Que du bonheur…

 

 

LE MATIN

Ce que j’imaginais: « je me lèverai à la même heure que d’habitude, et on préparera Kate avec Jean-Mi pour la crèche. Et voila. »

La Réalité: 7h30: je me lève, j’allume la veilleuse qui fait une jolie musique pour occuper Kate, je me fais un café, je saute sous la douche, j’enroule mes cheveux mouillés sous une serviette, je change Kate, je recouche Kate en sécurité dans son lit et je rallume la veilleuse pour la distraire, je prépare le biberon de Kate encore en peignoir, je lui donne, elle n’en veut pas, j’abandonne, je la recouche et je rallume la petite veilleuse, je vais dans le salon mais je me rends compte que j’ai oublié ce que je voulais y faire, je reprends Kate, je l’installe sur sa table à langer, j’habille Kate, elle essaie de se retourner sur le ventre pendant qu’on enfile le body pour parler à son paquet de couches,  j’essaie de nettoyer son oeil crotté, elle me donne des coups de pieds dans les seins, j’ai une montée de lait, ça sent bon, elle s’énerve, je la mets au sein,  elle régurgite sur ses vêtements propres, je la change, je la laisse sur mon lit le temps de m’habiller vite fait, j’oublie de mettre du déodorant, j’enlève la serviette qui tient sur ma tête et je me rends compte que mes cheveux ont séchés sans être démêlés, je m’habille n’importe comment parce que Kate commence à pleurer, je le reprend dans les bras, je lui fais un câlin, je la remets dans son lit avec sa veilleuse, je finis de m’habiller, j’essaie de cacher mes cernes et de rendre forme décente à mes cheveux, j’abandonne et j’attache tout en queue de cheval, je reprends Kate, je la rhabille, je la repose dans son lit avec sa veilleuse, je déplie la poussette, je reprends Kate, je lui enfile sa combinaison, je la mets dans la poussette, le temps de mettre mes chaussures et Kate pleure déjà parce que la poussette ne roule pas.

Il est 8h25, je n’ai pas bu mon café et j’ai envie de retourner me coucher.

 

 

LE SOIR

Ce que j’imaginais: Kate s’endormira seule dans son petit lit.

La Réalité: Je couche Kate, elle pleure parce qu’elle ne veut pas s’endormir seule, Jean-Mi la prend dans les bras, elle s’endort, il la couche, elle se réveille, il la berce à nouveau, elle s’endort, il la couche, elle se réveille, il est 21h, on a pas mangé, j’interviens pour la mettre au sein, elle s’endort comme une bienheureuse pour de bon, je sors de la chambre sur la pointe des pieds, je shoote dans la poubelle sans faire attention, elle se réveille, je me maudis, j’ai faim.

 

 

LA FATIGUE

Ce que j’imaginais: « On va être crevés »

La Réalité: ZZZZZzzzzzzzZZZZZZZzzzzzzzZZZZZZZzzzzzz….

 

 

ETRE MAMAN

Ce que j’imaginais: ça doit être chouette si tout le monde le fait, non?

La Réalité: Je suis réveillée 5 fois par nuit minimum, je n’ai plus une minute à moi, je ne bois plus mes cafés chauds, je rêve d’un diner au restaurant avec Jean-Mi, mon chat fait une dépression, mais PUTAIN, jamais je n’aurais imaginé qu’être maman serait aussi génial, ni qu’un petit être humain serait capable de me rendre aussi folle d’amour.

19 Comments
  • lebazardelaura
    février 14, 2016

    Oh j’adore !!! C’est tout vrai ! Tu viens de décrire la vie de 90 % des mamans (les 10 % ont des bébés génétiquement modifiés ou mentent !)
    Bises
    Laura

    • Urbanie
      février 14, 2016

      On est bien d’accord! 😉

  • Charlie
    février 14, 2016

    Tout pareil pourtant pas d’incendie non plus…

    • Urbanie
      février 14, 2016

      Tu me rassures! :)

  • Pititefleur
    février 14, 2016

    Tu m’as fait rire et j’adore ta conclusion.
    Bon courage :)

    • Urbanie
      février 14, 2016

      Merci! :)

  • Madame D
    février 14, 2016

    J’aimerais pouvoir te mette une photo de ma maison là tout de suite !!!

    ❤️❤️

    • Urbanie
      février 14, 2016

      J’ai failli mettre une photo de mon salon, et puis… je crois que j’ai encore trop de fierté! 😀

  • Etoile
    février 14, 2016

    Il est génial ton article !!! « Le chat fait une dépression » m’a fait bien rire, et l’histoire de la « bombe » au début. Pour être honnête pour le ménage, même si c’est un budget, j’ai un peu d’aide, et très honnêtement, quand tu travailles en semaine + bébé, c’est pas du luxe. Je suis trop « maniaque »… Et c’est juste horrible ! Vouloir tout ranger, faire à manger pour le petit et pour nous, vouloir repasser (mais cela passe souvent à la trappe)… c’est limite plus fatiguant que de gérer Petit Prince… Je me retrouve bien dans les parties Vie Sociale et la fatigue bien sûr. Qu’est-ce que j’aimerai avoir un peu d’aide parfois. Mon mari est génial, mais des fois, ça ne suffit pas. Mais bon, ça reste beaucoup de bons moments d’être maman :)

    • Urbanie
      février 14, 2016

      On pense en effet de plus en plus à investir dans un budget « femme de ménage »! :)

  • Die Franzoesin
    février 14, 2016

    Je me reconnais beaucoup dans ton article surtout dans le chapitre : « le matin » !! Ah les petites tâches sur les habits propres qu’on avait prévus pour une grosse réunion… C’est l’horreur et quand j’arrive (enfin) au bureau j’ai souvent déjà l’impression d’avoir couru un marathon !

    • Urbanie
      février 15, 2016

      Les petites tâches, c’est vraiment LE détail qui tue quand tu arrives au bureau! 😀

  • Camomille
    février 15, 2016

    Oui vive les femmes de ménages !
    Merci pour cet article si bien écrit :)

    • Urbanie
      février 15, 2016

      Merci à toi! :)

  • Hermy
    février 15, 2016

    Ahhhh le ménage !!! Ca a été la catastrophe les premiers mois (en gros jusqu’à ses 1 an) mais maintenant on arrive à gérer. Je regrette de pas avoir pris une femme de ménage les premiers temps. Bon après on a que 50m2 aussi !!!

    • Urbanie
      février 15, 2016

      C’est bien le problème: nous avons 50m2 aussi, mais c’est comme si tout « s’empilait »: le linge, la vaisselle sale, la poussière… et pourtant, je me fais exactement la même réflexion que toi: avec 50m2, ça ne sert à rien! (et pourtant… 😀 )

  • Et pourquoi pas Léa ?
    février 15, 2016

    Coucou !

    Ahah, ton article m’a bien fait rire ! Je ne suis pas maman (et je ne pense pas avoir d’enfant avant les 10 prochaines années) mais j’y penserai si un jour ça me traverse l’esprit ahah !

    • Urbanie
      février 16, 2016

      :)

  • Eva
    février 16, 2016

    oups, moi j’en suis encore à m’imaginer « comment ce sera » et bizarrement ce que j’imagine ressemble beaucoup à ce que tu imaginais…oups, oups, oups…^^

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *