J’écris sur internet, mais je refuse de blesser mes proches. Petite mise au point (rassurante?)

Depuis que j’ai décidé d’écrire à découvert (c’est à dire sans plus me cacher), un certain nombre de proches me suivent régulièrement. Je sais que c’est une façon pour eux de prendre de mes nouvelles, de m’encourager, de se distraire aussi parfois. Du coup, on vient souvent me demander « dans l’article que tu as publié la semaine dernière, tu parles de ça, tu parlais de moi? ».

Alors je me suis dit qu’une petite mise au point (rassurante?) s’imposait.

Je n’écris JAMAIS de choses négatives sur des proches: internet n’est pas fait pour ça!

Si je veux parler de quelqu’un en particulier, ce sera en positif, ou sous la forme d’une anecdote, et dans 95% des cas je penserai à prévenir la personne. Les 5% restants seront un oubli! 😉

Il m’arrive de parler de choses « pas drôles » qui pourraient viser des personnes impliquées. Dans ce cas précis, je fais en sorte de ne jamais cibler ou dévoiler des éléments qui pourraient mettre d’autres personnes dans l’embarras (oui, même si je suis très très en colère).

Un exemple dans cet article, rédigé pour Mademoiselle Dentelle: j’ai transformé une série de difficultés rencontrées pendant mon mariage en article que j’ai essayé de rendre le plus « universel » possible. Pourtant, certaines personnes ont réussi l’exploit de me mettre hors de moi lors de mon mariage (chez moi, oui, c’est un exploit!). D’ailleurs, tu noteras que je parle timidement dans le titre « bilan émotionnel contrasté », quand j’aurais pu l’intituler  « comment j’ai failli écraser la tête de deux ou trois personnes dans mon wedding-cake ».

Tout ça pour dire qu’en parler pour « balancer » et régler des comptes aurait été déplacé, inélégant au possible, et… risqué (la diffamation existe sur internet!). Au lieu de cela, comme je sais que de très nombreuses futures mariées rencontrent également des « difficultés » avec leur entourage pendant les préparatifs, j’ai transformé ma colère en un article qui se voulait rassurant pour les personnes qui se retrouveraient dans une situation conflictuelle également. (Psssst les filles: on survit!)

Dans cet article en revanche, je fais exception à ma règle et je parle d’un cas bien précis: celui de la personne qui ne m’a jamais répondu quand je lui ai annoncé la mort de mon bébé, et du ridicule de la situation puisque je sais que mon mail a été lu. Je ne me venge pas: je réalise juste à quel point certaines personnes ne savent tellement pas quoi dire qu’elles font comme si les parents n’existaient plus. La personne en question ne m’a pas répondu, mais d’autres ne me disent plus bonjour. J’essaie simplement de dire à ces personnes: ne faites pas ça, c’est encore la pire des réactions qu’on puisse avoir. Et ensuite je donne des pistes pour essayer de réagir de façon plus « appropriée » en cas de gêne. Mais sache que j’ai hésité plusieurs semaines (j’ai effacé, réécrit, effacé à nouveau, écrit encore, bref, tu vois le truc. Ne jamais croire que j’écris mes articles sans avoir une bonne conscience de ce que je raconte dedans). Quant à l’identité de la personne, elle est safe puisque je n’ai jamais dévoilé à personne son nom. Ca reste entre elle et moi, si un jour elle souhaite me recontacter, elle en a la possibilité. Et son honneur reste sauf. Et si elle tombe sur l’article et se vexe… eh bien, c’est la vie comme on dit! Si elle me demande de retirer l’anecdote d’ailleurs, je le ferai. Mais le plus important dans cette histoire, encore une fois, c’est que PERSONNE ne connait son identité, pas même mes amis. D’ailleurs, tu ne sais même pas si c’est un homme ou une femme.

Ensuite, j’ai été prise pour cible sur internet: insultée, puis traquée sur Facebook. Et crois-moi: c’est violent, humiliant, gratuit. Je ne sais pas ce qui ne tourne pas rond dans la tête des gens pour en arriver là, mais je sais une chose: je refuse de devenir cette personne. Le fameux « ne fais pas subir à d’autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse » (quoique, y’en a peut-être qui kiffent se faire insulter sur internet, genre une forme de SM version 2.0?) (tu crois qu’à la maison ils disent à leur conjoint des trucs du genre « VAS-Y JEAN-MI, FOUETTE-MOI SUR FACEBOOK! » ?).

"Vas-y Jean-Mi!"

« Vas-y Jean-Mi! »       (source: meilleurduchef.com)

 

Voilà. Donc la prochaine fois que tu lis un truc qui pourrait te sembler « ciblé » contre toi: pas de panique! Il y’a 99,99% de chances que ce ne le soit pas!

A demain, on parlera… Weight Watchers! 😉

3 Comments
  • enna
    octobre 6, 2014

    et bien moi, ce billet m’aura donné l’occasion de lire tes autres articles et particulièrement ceux sur ton deuil qui me donne juste envie de te prendre dans mes bras, même si on ne se connait pas « en vrai ».

    • Urbanie
      octobre 19, 2014

      Merci <3

  • SwissGirl
    juin 11, 2015

    Et moi je lis ça et je ne comprends pas comment ni pourquoi les gens peuvent être aussi cons. Sérieux.
    Je ne sais pas ce qui t’est arrivé, bien sûr, mais je devine dans tes lignes que ça a dû être vraiment difficile… je me demande comment certaines personnes fonctionnent !
    Alors un mot d’ordre : zappe les cons.
    Ou alors tu les déboîtes (parfois ça peut faire du bien. Oui, oui.)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *