Don d'ovocytes PMA

Hola que tal?

10 mai 2019

Quelques nouvelles en vrac et en vitesse, avant que vous ne finissiez par vous imaginer que j’ai disparu, engloutie sous les kilos de chocolats de Pâques dûment récoltés par Kate dans les 4 coins de l’appartement (je frémis, en écrivant ces lignes, à l’idée d’avoir oublié un œuf en chocolat planqué derrière un meuble – pas super envie de devenir le nouvel Air BnB pour les cafards du quartier).

sans transition aucune, nous préparons notre premier voyage en Espagne avec pas mal d’impatience et d’appréhension. Impatience de prendre quelques jours de congés bien mérités. Appréhension de tout un tas de trucs: de lancer le processus une bonne fois pour toute après plus d’un an d’attente, mais aussi appréhension qu’on nous dise non, qu’on parte en oubliant un papier hyper important, qu’on rate l’heure du RDV… il se passe pas mal de choses dans ma tête ces derniers temps, ce qui explique ma relative absence de ces deux derniers mois -c’est bien connu: il est toujours plus simple de parler de ce qui va que de ce qui ne va pas, et force est d’avouer que, ces dernières semaines, je n’ai pas trop eu la tête à bavasser.

Bref, je commence seulement à réaliser la GALÈRE du suivi PMA entre deux pays: c’est bien simple, à quelques jours du départ, je ne sais tout simplement pas ce qu’il faut emmener avec nous comme « justificatifs » de notre demande.  On nous a simplement indiqué de prendre « tous les résultats d’examens » dans nos bagages, mais je ne vous cache pas qu’au bout de 5 ans de suivis deux IMG, j’ai cumulé quelques kilos de paperasse et d’échographies en tout genre.

Je serais suivie en PMA en France, ma gynéco ou mon obstétricienne m’aurait fait un courrier à caler dans ma besace entre deux ordonnances, histoire de débarquer au CECOS du coin avec de quoi remplir notre demande de dossier- du moins, j’imagine que je serais repartie avec quelques instructions , mais n’hésitez surtout pas à me contredire dans les commentaires si je fais fausse route.

Là, eh bien ma foi… je ne sais pas quoi emporter dans ma valise, et je pressens un beau samedi soir de merde weekend de spéléo en perspective dans mes placards pour trier et ne garder que ce qui pourrait être pertinent.

La bonne nouvelle, c’est que OUI: je vous ferai un compte rendu détaillé, histoire d’aider celles et ceux qui devront en passer par la après nous. Ne soyons pas égoïstes, je suis sure que certain(e)s ici seront ravi(e)s de lire le suivi de nos péripéties, histoire de savoir ce qui les attends également à leur tour. La mauvaise, c’est que je sens que mon sommeil devient vachement moins réparateur face à tout ce merdier.

Bref, tout va très certainement bien se passer, il n’empêche: face à notre dernier espoir d’agrandir la famille, je ne suis pas exactement sereine. Je vais malgré tout tenter de profiter de ces quelques vacances qui se profilent – il parait que la Sagrada Familia est absolument superbe et qu’on y boit les meilleurs chocolats chauds du monde, alors ne boudons pas notre plaisir.

 

Je vous dis à très vite, avec des news et – qui sait? des conseils de voyage à la clef.

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply La parenthèse psy 10 mai 2019 at 11 h 08 min

    Je vous souhaite bon courage et que tout cela se termine par un happy end. On croise les doigts ! Ca demande tellement d’énergie la PMA…

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

  • Reply Laurène 10 mai 2019 at 11 h 31 min

    Bonjour Urbanie ! Tous mes encouragements dans votre démarche ! Nous avons un parcours un peu similaire d’une PMA avec donneur après le deuil périnatal que nous avons pu réaliser en France car don de sperme et au bout d’un an et demi, de toutes les maladresses du Cecos le parcours touche enfin le bout du tunnel. Après toutes ces épreuves on n’en ressort que grandi alors accrochez vous !

  • Reply Virg 12 mai 2019 at 14 h 22 min

    Je croise les doigts de main puis ceux des pieds pour être sûre <3

  • Leave a Reply