Goodbye, Alan…

Je crois qu’une petite partie de moi est morte jeudi dernier, quand j’ai appris qu’Alan Rickman nous avait quittés. Je m’étais toujours dit qu’il commençait à être vieux, certes, mais qu’il ne partirait jamais. Est-ce que Hans Gruber ou Severus Snape peuvent mourir? Dans les films, oui, mais en vrai?

J’ai vu une jolie ironie dans le fait que sa mort a été presque éclipsée par celle de R’né, le mari de Céline. Lui, l’éternel second rôle qui crève l’écran, aura tenu son rang jusqu’au bout. Rigolez si vous voulez, mais j’en ai presque voulu à l’univers de lui avoir fait ce dernier pied de nez.

 

J’ai découvert Alan Rickman toute petite: je n’avais pas 10 ans quand je l’ai vu pour la première fois dans Robin des bois, prince des voleurs. Je n’ai jamais été une grande fan des acteurs ou des chanteurs « bogosses », même adolescente. Je crois que je n’ai jamais compris comment on pouvait devenir hystérique devant le physique d’un parfait inconnu (déjà chiante intello, toute petite). Mais quand Alan est apparu sur l’écran, j’ai été subjuguée. Cela n’a pas été l’amour fou, loin de là: j’étais gamine, les choses de la vie (comme on dit) étaient loin, très loin de moi esprit. Mais je n’ai jamais tout à fait compris pourquoi Marianne préférait ce grand benêt de Kevin Costner au shérif de Nottingham. Pendant des années, cela m’est apparu comme un mystère complet.

 

Ce que je ne savais pas, c’est que l’acteur avait imposé à la production du film de pouvoir jouer le rôle comme cela lui chantait. Il avait eu tellement raison.

 

 

 

 

J’ai vu, comme tout un chacun, « Piège de cristal ». Je n’ai pas fait le lien avec le shérif, j’ai grandi, Alan est resté dans un coin reclus de ma mémoire. Un jour (je devais avoir la vingtaine), une amie m’a plus ou moins forcée à aller voir Harry Potter au cinéma (oui, forcée, parce que j’ai mis des années à accepter de lire un livre de la saga, mais c’est un autre sujet). J’avais négocié: ok pour aller voir cette bouse, mais en VO. J’ai un standing, moi. J’ai détesté le film, je vous le dis tout de suite: Harry Potter n’a pas été une grande révélation, pas ce jour la. Le film m’a au contraire plutôt confortée dans mes préjugés, tant je l’ai trouvé mauvais. Il me faudra attendre encore 5 ans, avant qu’une très chère amie ne me tende le tome 2 un jour, en cours à Sciences-Po, en me disant « tiens, essaie quand même ». Mais voilà, le film aura eu au moins un mérite: Severus Snape. J’ai passé l’intégralité du long-métrage à attendre, fascinée, que l’acteur qui jouait son rôle fasse une apparition. Je crois bien que c’est grâce à Alan que je suis ensuite tombée amoureuse de Snape, dans les livres. Pour moi, Severus n’est pas Severus sans cette voix soyeuse, forte, vibrante, presque menaçante. Sans le savoir, j’avais retrouvé mon beau shérif.

 

Et puis je me suis renseignée: qui donc était cet acteur? Alan qui? J’ai commencé à regarder sa filmographie, tranquillement: je crois que, en dehors du shérif de Nottingham et de Severus Snape, le rôle qui m’aura ensuite le plus marquée restera celui du colonel Brandon, dans l’adaptation de Raisons et Sentiments, d’Ang Lee. Malgré la présence de Hugh Grant (pas son meilleur rôle, d’ailleurs). Cet amoureux éconduit, à qui on a juste envie de faire un gros câlinou. Vilaine Marianne.

 

Charleen Spiteri ne s’y est pas trompée non plus dans le clip de In Demand.

 

 

 

Alan aura été mon premier et mon seul émoi de midinette. La voix y est pour beaucoup, je ne vous le cache pas (ne regardez pas ses films en VF, je vous en supplie).

 

 

Alan Rickman était un acteur incroyable, toujours subtil, toujours incroyablement juste: lui seul était capable d’interpréter un grand méchant au bord de la crise de nerfs (Robin des bois), un terroriste allemand raffiné (Piège de Cristal), un prétendant trop vieux pour sa promise (Raisons et Sentiments), un sorcier nazi repenti (Harry Potter), et de voler la vedette aux autres stars du film. Il était ce second rôle qu’on oublie jamais tout à fait. Il incarnait avec une grande élégance chacun de ses personnages. Il avait un talent fou pour s’approprier chaque petit rôle, pour insuffler une âme à ceux qu’il incarnait, toujours avec cette petite touche si personnelle qui les rendaient uniques et inoubliables. Saviez-vous que c’est JK Rowling qui a imposé Alan pour jouer le rôle de Snape? Elle n’imaginait pas un autre acteur habiter le personnage le plus complexe et le plus détesté de la saga, mélange de rage et de désespoir, et lui rendre justice. Elle avait raison. Alan a d’ailleurs été une des tout premiers à connaitre la vérité sur son personnage: cela était indispensable pour l’incarner avec cohérence de film en film, jusqu’à la révélation finale.

 

 

 

Sa voix va me manquer, je ne vous le cache pas. Un immense acteur nous a quittés, et je vais mettre longtemps, très longtemps pour me faire à cette idée.

Je ne peux terminer cet article sans vous faire découvrir la scène de Raisons et Sentiments qui me rend folle d’amour. Celle où Marianne réalise que ce vieux prétendant un peu ennuyeux, dont elle n’avait que faire, est en fait capable de passion. En un regard, on comprend que ces deux là finiront ensemble.

 

 

Alan Rickman laisse un grand vide: je ne peux imaginer qu’il ne jouera plus jamais les amoureux éconduits ou les méchants névrotiques. Heureusement, il me reste des DVD, et des kilomètres de vidéos Youtube, à regarder en boucle. Always.

6 Comments
  • Pititefleur
    janvier 17, 2016

    Tout comme toi j’ai vu Robin des bois il y a très longtemps. Mais ce n’est qu’en regardant Harry Potter que j’ai fais le rapprochement plus tard.
    Il est tellement mythique dans HP. Comme tu dis sa voix et son jeu le rende indissociable du personnage qu’il incarne tellement bien.
    Je n’ai pas vu raisons et sentiments mais tu m’as donné très envie.
    Je te remercie pour toutes les petites anecdotes que je en connaissais pas et qui rendent vraiment hommage à ce bel acteur.

    • Pititefleur
      février 14, 2016

      J’ai pensé à toi tout à l’heure.
      Ce soir sur arte, il y a raisons et sentiments.
      Je connais déjà mon programme de la soirée 😉

      • Urbanie
        février 14, 2016

        Je regarderai en DVD <3

  • Lunaly
    janvier 17, 2016

    C’est un grand acteur qu’on perd là. Moi aussi j’ai trouvé que les médias ont très peu parler de sa disparition au détriment de celle du mari de Céline Dion et c’est fort regrettable. J’ai beaucoup aimé sa prestation dans la saga des Harry Potter.

  • Camille
    janvier 17, 2016

    J’adorais Alan.
    Pas pour Robin des Bois.
    Pas pour Harry Potter, même pas.
    Pour Love actually. Où tous les rôles sont un peu secondaires. Où il est tellement plein de justesse dans un rôle pas facile.
    Merci pour ce vibrant hommage !

  • SwissGirl
    janvier 18, 2016

    Alan…
    Je n’arrive toujours pas à y croire.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *