Enceinte, l’enfer: c’est les autres

Je discutais dernièrement avec des amies enceintes (ou jeunes mamans) du comportement parfois sauvage des gens que nous devons (ou avons du) affronter pendant notre grossesse.

Comme le résumait très bien l’une d’elles: « Quand tu croises les gens dans la rue, tout le monde te fait de grands sourires et veut toucher ton ventre. Par contre, approche toi d’une caisse au supermarché ou d’une place assise dans les transports, et tu sens que tout le monde se crispe ».

En poursuivant notre discussion, nous nous sommes rendues compte que nous étions plusieurs à avoir été verbalement agressées dans des espaces publics, simplement parce que nous avions demandé poliment une place assise ou un passage en caisse prioritaire. On ne nous a pas juste dit « non »: il a fallu que la personne s’énerve contre nous et, dans certains cas un peu extrêmes, nous crie dessus.

 

Mes expériences « malencontreuses »

Honnêtement, la première fois que ce genre d’incident m’est arrivé, je suis restée sur le cul (pardon, je n’ai pas d’autre mot pour ça). C’était pour ma précédente grossesse: nous allions en urgence chez le médecin après des pertes de sang, un type nous doublés à la station service. Quand je lui ai demandé la place (en urgence, donc), il m’a ri au nez et a essayé de faire croire aux gens que je voulais… le frapper. Non, ce n’est pas une blague. Comment vous réagissez à ça, vous? (Dans mon cas: en le pourrissant copieusement pendant le quart d’heure qui a suivi – il a voulu gagner 5 minutes, il en a perdu 15!).

Une autre fois, une femme avec une poussette a voulu me doubler dans la queue chez le maraicher. J’étais enceinte de 5 mois, ça se passait très mal (comme vous le savez), je ne dormais plus (et ça se voyait). Elle est arrivée après moi et a essayé de passer devant moi à la caisse, au moment où je passais enfin après avoir fait la queue (j’insiste bien sur ce dernier point, je ne passais pas en priorité).

Quand je ne me suis pas laissée faire, elle a crié dans la queue que j’étais « méchante », qu’elle avait une poussette avec elle, et que je devais la laisser passer, que la vraie prioritaire : c’était elle. Je l’ai tout simplement ignorée, je ne voyais pas bien que faire d’autre. Le pire dans cette histoire, c’est que cette femme a essayé de me doubler moi… mais n’a strictement rien tenté avec les personnes qui étaient devant moi dans la queue. Etrange, non?

Là encore: comment voulez- vous réagir face à ce genre de comportement? En s’énervant aussi, au risque de faire une scène? En s’effaçant devant la colère des gens, et en se laissant humilier en public?

Pas évident, n’est-ce pas?

Résultat: nous sommes nombreuses à ne plus rien oser demander en caisse ou dans les transports.

Or, prenons mon exemple: je suis très malade depuis le début de cette grossesse: est-il normal que je reste debout en souffrant en silence pendant 10, 15 minutes (parfois plus) tout simplement parce que j’ai peur de me faire humilier, pour une demande que j’estime être légitime?

 

Les arguments des gens qui ne veulent pas laisser leur place

C’est là qu’on en arrive aux arguments avancés par ces personnes en colère contre les femmes enceintes:

« La grossesse, c’est pas une maladie »

Vrai, mais faux en même temps. Parce que la grossesse entraine aussi des problèmes de santé parfois bénins (vertiges, nausées, migraines, douleurs), parfois beaucoup plus graves. Si l’on prend toujours mon cas personnel, je suis enceinte, mais je suis quand même très très affaiblie, pour ne pas dire malade. Là encore: que fait-on? On me laisse vomir sur les gens dans le métro parce que j’ai pas pu m’assoir pour calmer les nausées, sous prétexte que je suis sensée ne pas être malade? Ce serait ridicule d’en arriver là, vous ne trouvez pas?

« Moi, de mon temps, on faisait pas tout ce cirque pour avoir une place assise ».

Cirque? Quand on demande simplement à la cantonade une place avec le sourire? Et puis, honnêtement, « c’était mieux avant »? Mouais. M’est plutôt d’avis que les femmes d’un certain âge qui nous font ce genre de remarques ont plutôt souffert du manque de compassion de leurs contemporains (sinon, elles ne seraient pas aussi en colère encore aujourd’hui… désolée de le dire, mais pour en arriver à agresser d’autres femmes enceintes en comparant avec sa propre grossesse, parfois plusieurs décennies après les faits, c’est qu’il y’a cachalot sous galet comme on dit).

« La femme du collègue de mon cousin germain a eu un bébé, elle ne s’est jamais plaint ».

La femme du collègue de ton cousin germain ne représente pas l’humanité tout entière à elle seule (et c’est bien dommage, vu la grossesse de rêve qu’elle semble avoir eue!).

« Personne ne vous a forcée à être enceinte, il faut assumer maintenant ».

Personne ne vous a forcé à vous comporter comme un abruti, j’imagine que vous assumez votre état également?

 

Est-ce que je peux comprendre que l’on soit fatigué d’une longue journée de travail , ou simplement qu’à garder le nez dans son smartphone, on ne voit tout simplement pas la femme enceinte qui entre dans le métro? Oui, bien sur! Je suis moi aussi, en temps normal, cette salariée lambda qui rêve désespérément d’un strapontin pour pouvoir souffler un peu. Ce que je ne comprends pas, c’est cette agressivité, cette colère qui est dirigée contre nous.

Hier encore dans le métro, sur la ligne 3 bondée, je me suis fait rentrer dedans à plusieurs reprises par un homme qui voulait ab-so-lu-ment me passer devant pour se mettre devant les places assises. J’ai du insister plusieurs fois pour qu’il accepte de me laisser passer (et, ouf, un autre gentil passager m’a vue galérer et s’est levé immédiatement. Tout le monde n’est pas affreux, encore heureux!).

Mais parfois je me demande: qu’avons-nous fait pour mériter cela?

Pour rappel, les femmes enceintes ont pourtant parfaitement le droit de passer en caisse prioritaire et de demander une place assise dans les transports en communs: regardez-bien les petits logos apposés au dessus des sièges du métro: nous sommes même prioritaires par rapport aux personnes âgées, c’est dire! (personnes âgées qui du coup nous détestent copieusement, ce que, là encore, je déplore: être fatigué ou malade n’est pas une compétition, mais les places assises sont tellement rares qu’on en arrive à se faire fusiller du regard par les cheveux blancs du wagon).

 

Un problème de déni collectif?

La vérité, c’est que l’état de grossesse entraine souvent un déni collectif de la part des gens: on est sensées être épanouie, jamais malade, consciente de notre chance. Faites le test: dites à quelqu’un que, enceinte, vous avez (eu) des nausées. Dans 9 cas sur 10, la personne vous répondra: « oui, des « petites » nausées. Peu importe que vous ayez été malade à en repeindre la cuvette des toilettes, le premier réflexe de votre interlocuteur sera de minimiser immédiatement votre malaise.

Il y’a quelques semaines, il m’est arrivé un truc un peu perturbant: j’ai posté un statut Facebook un peu ironique pour expliquer que, contrairement à ce que je lis partout, mon second trimestre n’a pas laissé vraiment place à une amélioration de mon état (pour les non initiés, le second trimestre est supposé être celui de l’épanouissement ultime de la femme enceinte). Il y’a eu un contact (une femme) pour venir m’expliquer que, si, au second trimestre, je devrais forcément me sentir mieux. Pour elle, il n’en était tout simplement pas possible autrement. A quel moment mon message (« je ne vais pas bien ») a t-il été occulté pour devenir une injonction (« c’est comme ça, au second trimestre, tu dois aller mieux »)? D’où vient ce déni collectif qui fait que, lorsqu’une femme enceinte exprime un malaise, on refuse d’entendre ce qu’elle a à nous dire?

La question des abus

Il y’a aussi un autre problème: les personnes qui abusent. Qui n’a jamais pesté très fort intérieurement contre un petit vieux qui double tout le monde à la caisse, comme si c’était normal de ne pas demander avant de passer devant (je précise que je n’ai jamais refusé de laisser passer une personne prioritaire, je suis même plutôt du genre à laisser passer spontanément si je vois une personne qui semble en avoir besoin: personne âgée, bras dans le plâtre, femme enceinte; par contre, je n’hésite pas à signaler si quelqu’un me double que j’aurais préféré qu’elle me le demande, c’est une simple question de politesse – est-ce que cela fait de moi la personne malpolie ou agressive d’une autre personne? C’est une excellente question, je vous laisse me donner votre avis dans les commentaires! 😉 ).

Parce que voilà: entre ne pas oser demander (par peur de se faire engueuler) et carrément doubler tout le monde, il y’a là aussi un équilibre à trouver.

Cela dit, et très honnêtement, je ne trouve pas que ce genre de comportement, même très discutable, mérite l’énervement des gens contre les autres personnes âgées et les autres femmes enceintes- celles et ceux qui, justement, se taisent par peur de s’en prendre plein la figure, alors qu’ils auraient pourtant bien besoin de se reposer.

Bref, je terminerai simplement cet article fleuve pour vous implorer de ne plus crier sur les femmes enceintes qui demandent une place assise ou un passage en caisse prioritaire: elles ne font que formuler un besoin légitime, pas une attaque personnelle contre votre emploi du temps quotidien.

Sur ce, je vous laisse, je vais faire mes courses en ligne.

 

 

20 Comments
  • Lizzie
    avril 17, 2015

    j’en reviens toujours pas de ce que tu nous racontes là. Je ne pensais pas que l’humanité c’était autant égarée.
    Je respecte énormément les femmes enceintes pour la simple et bonn raison qu’elles ont en elle un futur citoyen de notre pays. J’aime bien voir que les gens le méprise déjà…Où va-t-on..

    • Urbanie
      avril 17, 2015

      Les premières fois que j’ai eu affaire à ce genre de comportements, j’étais estomaquée aussi, je l’avoue! :/

  • Aurélie
    avril 17, 2015

    Bonjour,

    Merci pour ton témoignage, qui est à la fois bien triste, et malheureusement rassurant… Puisqu’on se sent moins seule.

    Pour ma part, 1er trimestre difficile pour mes deux grossesses. Je n’étais pas à l’article de la mort, mais franchement, j’étais pas bien. Je n’ai jamais osé demander quoi que ce soit, tout simplement parce que, la grossesse ne se voyant pas, les gens auraient pu penser que je mentais. Cela est arrivé à une amie qui, dans une file d’attente, s’est vue répondre un « et vous avez rien trouvé de mieux comme pipeau », lorsqu’elle a, gentiment et avec le sourire, demandé à passer en priorité pour éviter de s’évanouir et de repeindre le plancher… Bref, de mon côté, ça m’a vacciné pour demander un quelconque traitement de faveur.
    Et que dire des gens qui effectivement baissent les yeux, et font, « comme s’il n’avaient pas vu votre montgolfière de 8.5 mois de grossesse »… Ou soufflent et vous fusillent du regard quand la caissière vous invite à passer devant tout le monde…

    Je suis bien d’accord avec le fait que « la grossesse n’est pas une maladie » est devenu une sorte de credo. Surtout sorti par celles qui n’ont jamais été enceintes. C’est trop facile…

    Pour ma part, je vous passerai toutes les incivilités rencontrées… Il y a eu aussi, et fort heureusement, des personnes très prévenantes, qui ont pris soin de faire attention à mon état.
    Et notamment, et ça vous fera rigoler, un monsieur qui très gentiment, m’a proposé de passer devant lui à la caisse d’un supermarché… J’avais accouché depuis une semaine… :-/

    :-*

    • Urbanie
      avril 17, 2015

      Merci pour ce témoignage! En effet, quand on en discute avec d’autres femmes enceintes ou jeunes mamans, on se sent vite moins seule… au début, je me disais « mais c’est pas possible, j’ai la poisse ou bien? ». En fait, non, ce genre de comportements est hélas très fréquent.

      J’avoue que c’est ce que j’ai le plus de mal à comprendre: les gens qui vous accusent de mentir sur votre état, ou d’exagérer. Bref, qui ne veulent pas vous croire. C’est hallucinant quand même de dire à quelqu’un « je sais mieux que toi comment tu te sens » ou « je sais mieux que toi si tu es enceinte ou pas ». Dans la vie de tous les jours, cet argument serait absurde et irrecevable; mais quand tu tombes enceinte, tout le monde trouve ça normal.

      Maintenant mon ventre se voit beaucoup, hélas ça n’empêche pas les incivilités…

      Pour le coup du gentil monsieur qui vous a laissé une place après l’accouchement, c’est un peu humiliant mais c’est vrai que le ventre met quand même pas mal de temps à « revenir à la normale », donc mieux vaut en rire (même si c’est pas facile sur le moment!) 😀

  • Pititefleur
    avril 17, 2015

    Lorsque ma soeur était enceinte, j’avoue sue j’étais assez offusquée du peu de gens qui proposaient de lui laisser leur place.
    Par contre, la grossesse ne rendant pas certaines femmes plus polies, je me suis retrouvée dans une situation assez désagréable.
    J’étais donc en train de lire mon livre dans le métro avec mon casque sur les oreilles.
    Et j’entends à côté de moi : « je voudrais m’asseoir ».
    Du coup, je relève la tête, me fais fustiger du regard (apparemment, cela ne devait pas être la première fois qu’elle demandait mais je n’avais pas entendu). Du coup, je me lève un peu gêné limite honteuse. Et … Ben rien, même pas merci. J’en suis un peu resté dépité.
    Alors que bon déjà j’étais pas la seule sur une place assise, le gars en face de moi n’a même pas lever un sourcil, il l’a complètement ignoré.
    Je laisse toujours ma place si je vois qu’il y a une personne âgée ou une femme enceinte mais bon, je préfère que cela soit fait poliment, c’est quand même la moindre des choses. Merci, cela ne tue personne et cela fait toujours plaisir. 😉

    • Urbanie
      avril 17, 2015

      Oui, je suis tout à fait d’accord, et c’est bien l’autre versant du problème: les femmes enceintes (ou les personnes âgées, hein) qui deviennent à leur tour hyper malpolies, ou méprisantes, comme si tout leur était dû.

      Moi quand je demande une place je le fais à la cantonade (je ne vise personne, ce n’est pas à moi de désigner qui doit se lever ou pas!), toujours avec le sourire, et surtout je dis MERCI à la personne qui se lève. Ca me parait normal!

      Et je ne double JAMAIS, je trouve ça hallucinant de doubler dans la queue.

      • Pititefleur
        avril 17, 2015

        Oui en effet, on a aussi eu la personne handicapée qui nous met sa carte devant les yeux alors que tout le wagon est vide ! Pas compris.
        J’ai une tête de gentille fille du coup, je crois que tout le monde en profite. Pareil pour mon chéri il a une tête de gentil ! Du coup, c’est toujours à nous qu’on demande ! Lol !

        • Urbanie
          avril 17, 2015

          Le type qui t »agite sa carte handicapé avec un air hyper méchant, j’ai eu aussi! 😉

  • ally
    avril 17, 2015

    Hello,

    Et oui, enceinte, ce n’est pas une maladie, c’est bien connu! J’adore cette phrase, surtout lorsqu’elle est prononcée par un homme….
    Pour ma part, je me suis fait copieusement engueulé par un gentil couple parce que j’ai osé, à 39 sa, leur demander si je pouvais passer devant eux à la caisse prioritaire, sachant qu’en plus je n’avais que 2 articles et qu’eux avaient un caddie plein. Si je ne supporte pas de faire les courses, je n’avais qu’à rester chez moi, je ne suis quand même pas malade! j’aurais bien demandé à mon majordome d’y aller à ma place, mais malheureusement il était en congé ce jour là… Le pire, c’est que cela faisait 3 mois que je restais allongée chez moi pour MAP (donc non, la grossesse ce n’est pas une maladie du tout, rester allitée 3 mois, c’est juste trop fun), avec un bébé placé très bas et que je m’étais juste arrêtée pour une course rapide en rentrant de chez ma sage femme (j’avais enfin le droit de bouger un peu…). quand je pense que je laisse toujours passer les gens derrière moi s’il n’ont que peu d’articles et moi un chariot plein…
    Je crois que malheureusement, beaucoup de personnes deviennent moins tolérantes quand tu dit que es enceinte. Tu as une gastro? Oh, mon pauvre c’est dur, repose toi bien. Tu es des nausées (j’en ai eu pendant 3 mois non stop) et tu vomis? Oui, bon c’est normal t’es enceinte, reprends toi un peu…
    Tu t’es cassé une jambe, tu dois te reposer pendant 6 semaines? C’est vraiment pas de chance, prends bien le temps de récupérer, on passera te voir. Tu es allitée pendant 3 mois avec des contractions, le moral dans les chaussettes? Oui, bon, t’exagère pas un peu, t’en avais marre de bosser c’est ça, tu voulais te la couler douce, hein, bon on passera peut être à l’occase si on a le temps, tu comprends nous on a un travail…). Et le pire, c’est quand c’est sorti par la copine qui a eu une super grossesse… Là t’as juste l’impression que t’es trop nulle…

    • Urbanie
      avril 17, 2015

      Je suis complètement d’accord! :)

      J’ai passé 6 semaines clouée au fond de mon lit à cause de nausées et vomissements, et j’ai souvent dit à mon mari que j’aurais eu le sentiment d’être prise plus au « sérieux » par les gens et les médecins si j’avais eu une simple gastro.

      Quant aux femmes qui ont eu une super grossesse (ou variante, qui n’ont pas eu une super grossesse mais qui viennent quand même te dire que « elles étaient quand même épanouies ») je crois tout simplement qu’elles ne se rendent pas compte du mal que cela nous fait! J’ai souvent l’impression que, derrière, on essaie de me dire « fais donc un effort ».
      Le pire, c’est qu’étant passée par le deuil périnatal, je sais la chance que j’ai d’être enceinte, je suis heureuse d’être enceinte. Mais je ne vois pas en quoi cela devrait être opposé avec le simple fait d’être malade, de le dire, et d’avoir besoin que cela soit pris en considération, tout bêtement.

  • enna
    avril 17, 2015

    Une fois (une seule) alors que je faisais quelques course au supermarché, juste avant midi, je pense que je devais être à 7 mois, il y avait beaucoup de monde à la caisse prioritaire et du coup je n’avais pas le courage de faire la queue. J’ai remonté la file client après client en demandant « Excusez moi, est-ce que vous êtes prioritaire? (partant du principe que le handicap ne se voit pas forcément). J’ai eu la famille avec 2 enfants dans les 7-10 ans qui m’ont dit « Ben on a les enfants » (Hein???) J’ai gardé le sourire et j’ai dis en montrant mon ventre que je pouvais donc passer devant eux, j’ai eu des gens gentils mais les dernières, celles qui étaient sur le point de passer, deux femmes, pas âgées, ont rechigné un peu mais m’ont laissé passé quand même. Comme elles ronchonnaient dans mon dos pendant que je posais mes courses (peu nombreuses), je me suis retournée et (toujours gentiment) j’ai demandé « Si vous êtes prioritaires, n’hésitez pas à le dire, je peux attendre après vous. »et là, la réponse qui tue : « Non, on n’est pas prioritaires, mais vous pourriez faire vos courses à un autre moment… » Heu… comme vous dire… Heureusement chez Leclerc de ma ville, les caissières sont en général attentives à ça et un jour où je faisait la queue sans demander ma priorité, la caissière m’a spontanément demandé si je voulait passer devant (ce que j’ai refusé) mais elle m’a dit « si vous voulez passer un jour, demandez moi directement, on vous fera passer : cette caisse elle est pour des gens comme vous.

    • Urbanie
      avril 17, 2015

      Hahaha, « vous pourriez faire vos courses à un autre moment ». 😀
      Honnêtement, même si tu allais faire tes courses entre 14h56 et 15h32, tu trouverais des gens que cela gêne. On nous reproche aussi parfois de prendre les transports (« désolée, mon chauffeur est malade » 😉 ).

      Plus sérieusement, tu as eu de la chance d’avoir une gentille caissière, toutes ne font pas ça (celles de mon franprix me regardent galérer sans sourciller, même quand je fais tomber un produit par terre et que je n’arrive pas à le ramasser (true story) ).

  • Natacha
    avril 21, 2015

    Merci sincérement pour cet article qui résume tellement bien ce que je pense !

    Je suis enceinte de bientôt 8 mois pleins et l’incivilité face aux femmes enceintes est terrible… Comme tu le dis très bien au début de ton article, généralement les gens sont tout attendri de me voir sauf lorsque je risque d’empiéter sur leur temps ou leur confort…

    Jusqu’à ce que mon ventre se voit je n’ai jamais demandé la priorité, heureusement pour moi je n’ai pas été embétée physiquement par ma grossesse. Mais depuis que mon bidon se voit j’ai pu remarquer que les gens détournent le regard pour faire comme si ils ne m’avaient pas vue en caisse prioritaire ou ce genre de choses… Si vous ne voulez pas laisser passer les gens pourquoi vous mettre la ??? On m’a plusieurs fois refusé de passer ou alors accepté mais avec un air de « Pfff quelle soulance », sachant que je ne fais que des raccords de courses j’ai toujours peu d’articles quand je passe en caisse, je trouve ça incroyable ! D’autant que je demande toujours avec un sourire et un air de m’excuser que je ne devrais pas avoir…

    Chez Leclerc j’ai demandé à l’accueil la carte prioritaire pour biper aux caisses comme ça la question ne se pose pas, chez Intermarché les gens me proposent toujours de passer devant mais chez Carrefour c’est souvent la guerre avec les gens… Et les caissières elles même font mine de ne pas nous voir pour ne pas prendre parti, c’est quand même dingue !

    Et puis les gens qui poussent ou ne font pas attention et ne s’excusent pas dans la rue ou ailleurs c’est incroyable…

    Le pire c’est les remarques lorsque l’on ose dire qu’on est pas en kiff de notre grossesse. Ou qu’on parle justement des incivilités (j’ai déjà entendu « Oui mais ça se voit pas forcément et puis bon hein.. » Non mais pardon :o). Ou même qu’on ose répondre « Oh ça va, j’ai juste ça en ce moment mais c’est pas trop gênant » quand on nous demande « Ca va? » et qu’on se prend alors une montagne de remarques dans la tronche… Je n’aime parler de ma grossesse qu’avec mes copines de bidon car sinon c’est vite désagréable et c’est bien dommage, car finalement n’étant déja pas toujours super bien dans ma tete quand je me dis à cause de tout ça que je suis pas trop légitime c’est encore plus culpabilisant et malsain.

    • Urbanie
      avril 21, 2015

      Je suis complètement d’accord avec toi: si on veut pas devoir laisser passer une personne prioritaire, on ne va pas en caisse prioritaire! 😉

  • Kissas
    mai 11, 2015

    Je découvre ton blog grâce à « Dans ma tribu » et je suis ravie ! Merci de nous faire partager tout ça !

    Bon par contre, vraiment je ne comprends pas du tout les comportements que tu décris et le pire c’est que, comme tu le dis, ça a l’air d’arriver à pas mal de femmes enceintes. Je n’ai jamais assisté à ce genre de scène, et ça parait tellement dingue la première fois qu’on te le raconte que t’as même du mal à le croire !

    Je suis juste outrée (oui j’aime les mots du début 19ème) que des gens aussi mal élevés et stupides soient aussi nombreux !

    Personnellement, je suis loin d’être parfaite et pourtant ça ne me viendrait JAMAIS à l’idée d’agir comme ça. Je laisse ma place bien volontiers, et quasiment toujours sans qu’on ait eu à me le demander (il y a des fois où je ne l’avais juste pas vu). Que ce soit une personne âgée, une femme enceinte ou juste quelqu’un qui rencontre manifestement un problème de santé à ce moment là.
    Je ne suis jamais allée à une caisse prioritaire de ma vie, sans jamais me poser de question, parce que je ne me sentais pas concernée. Donc encore une fois, faut vraiment être profondément bête, pour se mettre dedans et râler ensuite parce que des gens réellement prioritaires passent devant (remarque peut-être ont ils considéré que leur limitation intellectuelle était considérée comme un handicap) ??
    En fait j’espère presque être témoin un jour d’une scène comme celle là, juste pour pouvoir péter un plomb sur un de ces célèbres psychopathes qui hantent les transports et supermarchés en quête de femme enceinte ou personne âgée sur qui se défouler…

  • sylvie
    juin 20, 2015

    Q. j’aimerais savoir si les grandes surfaces sont obligées d’avoir au moins une caisse prioritaire pour les personnes à mobilité réduite .

    merci de me répondre et me dire ce qu’en dit la loi. d’avance merci

    R. OUI les grandes surfaces sont obligées d’avoir au moins une caisse prioritaire aux normes d’accessibilité pour personnes à mobilité réduite.

    Pour aller plus loi, l’Arrêté du 1er août 2006 en son article 19 précise que le nombre minimal de caisses adaptées est de une caisse par tranche de vingt, arrondi à l’unité supérieure.

    Les caisses adaptées sont conçues et disposées de manière à permettre leur usage par une personne en fauteuil roulant. Elles sont munies d’un affichage directement lisible par l’usager afin de permettre aux personnes sourdes ou malentendantes de recevoir l’information sur le prix à payer.
    Les caisses adaptées sont réparties de manière uniforme.réduite. Lorsque ces caisses sont localisées sur plusieurs niveaux, ces obligations s’appliquent à chaque niveau.
    Et enfin et surtout :
    – elles doivent être aménagées, accessibles par un cheminement praticable et l’une d’entre elles doit être prioritairement ouverte.
    – ces caisses sont ouvertes à TOUS, mais il est demandé aux clients de laisser passer devant :

    les personnes en fauteuil roulant
    les personnes diminuées physiquement (handicap moteur, personnes âgées)
    les femmes enceintes
    les personnes avec des enfants en bas âge
    les personnes accompagnées d’un chien guide

    je suis désolée de vous remettre le texte de l’arrêté du 01 08 2006, mais étent une mersone a mobilité réduite

    • sylvie
      juin 20, 2015

      la suite ,je suis désolée de vous remettre le texte de l’arrêté du 01 08 2006, mais étent une personne a mobilité réduite ce n’est pas quelques mois de notre vie que l’on nous refusent la prioritée. bon courage aux futures mamans.

      • Urbanie
        juin 20, 2015

        Tout à fait! J’espère d’ailleurs qu’on vous laisse passer! Et les femmes enceintes sont donc aussi concernées. Merci pour la précision! :)

  • Alizée
    mars 10, 2016

    Je n’ai même pas encore fini de lire l’article que je me précipite pour commenter : MERCI ! Ca fait tellement de bien de lire ces lignes, je me sens moins seule tout à coup ! Le comportement des gens peut être odieux et le pire reste celui de l’entourage qui peut susciter énormément de déception.
    Je m’attendais à de l’attention ou de la compassion, j’ai eu beaucoup d’agressivité, de la répulsion voir « de la mise à mort » morale (oui oui l’expression est forte, autant qu’elle est vécue). et je ne sais pas pourquoi !

    Alors merci encore :) et courage

  • Aurélie
    mai 18, 2017

    Je vois cet article un peu tard par rapport à sa publication mais il est malheureusement toujours d’actualité!
    Bon, là j’avoue ma grossesse se passe bien. 7 mois la patate, des moments plus difficiles avant …
    je m’ « amuse » de voir le comportements des autres face à la femme enceinte. De l’ignorance totale genre « je fais comme si j’ai pas vu sinon je vais devoir laisser ma place » à « vite, asseyez vous.. »
    Une dame âgée qui visiblement avait des difficultés pour marcher a insisté pour me laisser passer. Dans un supermarché j’ai vu une dame qui y travaillait demander à un monsieur de me laisser passer et lui s’excusait de ne pas m’avoir vu.
    et d’autres situations plus désagréables, les jeunes gens dans la force de l’âge sont totalement ignorant comme si nous étions invisibles. Dans certains contextes, je protège mon ventre comme pour prévenir l’arrivée de coups!
    la compagnie de tram a mis des affiches pour amener ce qui relève de mon point de vue, simplement du bon sens « laisser s’asseoir femme enceinte, éviter bruit ou de manger le burger qui sent super fort » …L’intention était bonne…
    Même quand ça se passe bien, nous sommes au ralenti et les autres ont du mal à comprendre.
    Enfin heureusement que quelques part il y a toujours d’autres femmes pour comprendre.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *