Deuil périnatal

Deuil périnatal: mes 3 petits conseils à l’entourage

15 octobre 2017

A l’occasion de la journée de sensibilisation au deuil périnatal qui s’est tenue aujourd’hui, je me suis dit que faire un petit article de conseils pour aider les proches à accompagner un parent endeuillé ne pourrait qu’être utile. J’en avais proposé un en 2014, en pleine crise, et s’il est toujours d’actualité voici ce que j’aimerais ajouter pour le compléter. Avec un peu plus de recul (et une nouvelle grossesse depuis).

 

Ne tentez pas de précipiter les choses

Lors d’un drame, et à fortiori d’un deuil, nous passons tous par une série de phases qui nous sont absolument indispensables: indispensables, parce qu’elles font partie d’un processus, comme les rouages d’une machine qui se met en marche. On ne peut avancer en grillant les étapes, on ne peut arriver au bout de ce long processus qu’est le deuil sans en avoir expérimenté toutes les facettes. Ce n’est tout simplement pas possible d’être triste 5 jours, puis d’aller de l’avant comme si de rien n’était.

Dire à une mère qui s’apprête à accoucher de son bébé mort-né qu’il faut « passer à autre chose » (comme cela m’est arrivé, et pourtant j’ai été traitée à l’hôpital avec toute la bienveillance humainement possible) est un non-sens. On ne peut tout simplement pas passer à l’étape d’après tant que nous n’en avons pas terminé avec le moment présent.

On ne peut, de même, cesser d’être triste sur une simple injonction (même partant d’un bon sentiment). On a aussi le droit de ne pas avoir envie d’être fort(e) le temps du deuil.

Le deuil, ça prend du temps, tout simplement.

 

N’ayez pas peur

Je vais faire ma Jean-Paul II (un petit côté souverain pontife qui doit sommeiller en moi ^^), mais je pense que ce passage là est très important.

Je sais que vous avez peur. Peur de ne jamais nous voir nous relever. Peur d’écoper d’un proche en train de larmoyer toute la journée à vie (l’angoisse, nous sommes d’accord…). Peur de nos réactions qui vous paraissent parfois irrationnelles. Peur d’un malheur que vous ne savez pas du tout comment gérer. Peur de ce qui nous est arrivé, aussi. Oui, la mort d’un bébé est un événement effrayant tant il est absurde. Il n’y a pas plus terrifiant que ce qui n’a pas de sens.

Votre peur, elle est légitime. Mais vous devez nous faire confiance. Parce que l’être humain est résilient, si on sait lui laisser le temps de reprendre ses marques, si on sait l’accompagner avec bienveillance aussi.

Que faire alors?

Faire « comme si » rien n’était arrivé est tentant, mais ce n’est pas une solution. Donc accompagnez-nous, tout simplement. Soyez présents. Ne tentez pas de nous rassurer à tout prix, soyez là, tout simplement. Promis, nous saurons nous en relever.

 

Ne faites pas semblant

Je l’avais déjà dit, mais ce qui me fatigue le plus 3 ans après, c’est de devoir faire « comme si ». Comme si je n’avais eu qu’un seul enfant, alors que je pense très fort « non, deux! » à chaque fois qu’on me pose la question. Médecins, amis, collègues: même combat. Faire semblant, croyez moi, c’est épuisant. Donc parfois je me lâche, je dis la vérité: « j’ai eu deux bébés ». Les réactions sont rarement violentes ou déplacées cela dit, souvent les gens accueillent ce que je dis avec neutralité, ou bienveillance. Donc j’imagine que c’est aussi à moi de faire l’effort de ce côté là: essayer d’arrêter d’épargner les autres (le monde à l’envers, n’est-ce pas?) pour redonner sa place à ma première fille. Donc ce conseil là, je vous le donne à tous en fin de compte: ne faites pas semblant que vous soyez proches, ou parents endeuillés. Nos bébés ne méritent pas ça, n’est-ce pas?

 

Et vous? D’autres conseils à proposer? Des questions pour accompagner au mieux vos proches?

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Lili 16 octobre 2017 at 4 h 35 min

    Tes mots résonnent juste comme à chaque fois. Et que le 3eme point est le plus difficile: ne plus ménager les autres mais se ménager soi
    Merci Urbanie

  • Reply Maman Sur Le Fil 16 octobre 2017 at 9 h 36 min

    De jolis mots…. Je pense aussi que la crainte de parler de 2 enfants est aussi liée à la peur de devoir faire face aux questions des interlocuteurs, parfois mal placées ou maladroites… Une façon de se protéger

    Virginie

  • Reply Chris 17 octobre 2017 at 21 h 17 min

    Merci pour cet article… Sur ce sujet sensible…
    Pour ma part.

    • Reply Chris 17 octobre 2017 at 21 h 21 min

      Pardon, erreur de manipulation
      Pour ma part donc, ma plus grande peur est de blesser la maman ou le papa… en abordant le sujet a un ‘mauvais’ moment, en faisant bien malgré moi LA remarque qu’il ne faut pas faire… bref, la peur de blesser le parent est vraiment très forte, bien plus que le renvoi à mes propres peurs je crois…

      • Reply Sera 27 décembre 2017 at 21 h 10 min

        Ma fille est décédée juste avant d’avoir 2 ans. Ce n’est pas du tout la même chose, ou bien c’est très proche, je ne sais pas, un enfant est mort. Au final, quel que soit l’âge…
        Je voudrais dire qu’on ne me blesse jamais en parlant de ma fille, de ma tristresse. Oui, il se peut que je pleure, ou que mon visage se crispe de douleur. Mais je pense à ma fille à chaque instant, mon coeur pleure en permanence. Quand on me parle d’elle, c’est briser un peu ma solitude. Comme je souffre beaucoup du silence de certains proche, j’ai dit haut et fort que je préférais de loin les maladresses au silence. Ne pas faire « comme si ».

        • Reply Urbanie 5 janvier 2018 at 1 h 39 min

          Toutes mes condoléances… Je pense qu’il s’agit de deuils forcément très différents (on ne vit pas le deuil de la même manière quand on a connu et aimé l’enfant des mois ou des années après sa naissance) mais en même temps assez similaires dans la façon de le vivre vis à vis des autres. On en revient toujours à ce tabou, on en revient toujours à ne pas avoir de « nom » quand on se présente aux autres (on peut se dire orphelin(e), veuf(ve), mais quand on perd un enfant? )

          J’ai également appris que des proches avaient perdu des années de cela un enfant en bas âge lorsque nous avons perdu notre bébé – je n’avais jamais entendu cette histoire auparavant. Cela m’a fait énormément de mal pour eux que cet enfant ait à ce point « disparu » qu’on ne le mentionne même plus. Et en même temps, je comprends bien pourquoi également. Tout comme cela me surprend toujours quand on me parle de ma « deuxième grossesse » (non, je suis enceinte de mon troisième bébé). Tu as eu raison de dire ce que tu préférais que les gens disent (ou non), je pense que c’est la meilleure façon de dissiper les « malentendus » et d’apaiser les craintes. <3

    Leave a Reply