Je raconte ma vie Mariage

Comment faire durer son couple? (#52dentelles inside)

2 février 2018

Je rejoins le challenge 52 de la team dentelles* histoire de me changer les idées, et devinez le thème de cette semaine? L’amour!

J’en ai déjà parlé version résilience il y’a de cela deux semaines, je vais aujourd’hui te donner quelques conseils. Parce que voilà, Jean-Mi et moi fêtons nos 15 ans de couple cette semaine (dont 5 de mariage, même si je ne suis pas sure qu’être mariés change beaucoup la donne). Je n’ai pas la science infuse, je n’ai pas de diplôme de thérapeute de couple ni de sexologue, mais j’ai malgré tout tiré quelques leçons de ces années passées en couple . Que je partage donc avec toi aujourd’hui (même que j’emploie le mot « ankylosant » quelque part dans cet article). Au risque d’enfoncer quelques portes ouvertes!

(*si tu ne connais pas: nous formons un groupe de (ex-) chroniqueuses de Mademoiselle Dentelle/ Dans Ma Tribu/ Sous Notre Toit. Notre challenge en 2018? Un article par semaine sur un thème déterminé en avance. Avec notre sujet, notre point de vue, notre ressenti… 🙂 )

 

Rester à l’écoute

Même après 15 ans (ou 20, ou 40) passés ensemble, il y’a encore parfois des tensions, des couacs, des incompréhensions. Nous sommes deux individus uniques, et nous ne sommes pas télépathes. Donc oui, parfois je ne le comprends pas comme je le souhaiterais (m’est d’avis que lui ne me comprend pas toujours à 200% également) (dixit la meuf qui fait des powerpoints d’idées cadeaux à Noel chaque année) (#truestory). La seule façon d’avancer, c’est de se parler. De façon calme, claire, sans reproche. En pratiquant une écoute active. C’est à dire que, si Jean-Mi a quelque chose à me dire (même de désagréable), j’essaie d’ouvrir grand mes oreilles et de ne pas juger ce qu’il me dit. Et inversement.

(Ps: Jean-Mi, j’attends toujours mon cadeau de Noel).

 

Ne pas se faire de mal

Je pense que pour durer, il est également très important d’entretenir une relation saine. Par « saine », j’entends de ne pas s’insulter, se faire de mal gratuitement, de ne pas se « venger ». Parce qu’il est très facile de « déraper » lors d’une dispute. Je reste intimement persuadée que les mots qui blessent restent longtemps, très longtemps… Et que tôt ou tard, arrive le moment où on arrive plus à oublier. Ne parlons même pas des actes…

Je me suis longtemps sentie enfermée dans une amitié ou l’autre était comme ça: à faire des reproches, à se venger pour un rien. C’est con, mais ça a fini par nous séparer. Dans le couple, c’est pareil.

Bref, nous qui prônons l’éducation positive et sans violence pour nos enfants: traitons donc notre couple de la même manière, il le vaut bien.

Dans notre cas, j’ai instauré dés le départ une clause de « non agression »: même quand on s’engueule, il y’a des limites verbales à ne pas franchir, des choses à ne pas dire. Si on sent qu’on arrive au point où la discussion n’est plus possible, on la reporte à plus tard, quand on sera calmés.

 

Prendre soin de soi (physiquement)

Oui, on est ensemble depuis 15 ans… ce qui ne signifie pas qu’on est devenus potes, ni colocs. Je ne dis pas qu’il faut sortir sa robe de bal tous les soirs et ses bas résilles à chaque coit, ni qu’on a jamais le droit de trainer en jogging à la maison. Je viens d’accoucher, je sors d’un nouvel épisode assez traumatisant, je ne vous donnerai donc pas de leçons de glamour sur ce qu’il « faut » faire ou non.

Mais malgré tout, je veille  à garder un peu de mystère, je continue à prendre soin de moi, même après plusieurs enfants, des kilos en trop, et des années de « routine ». Je pars du principe (même si cela reste très personnel) qu’il y’a suffisamment de moments dans la vie où l’on va se voir « mal en point » (au hasard: lors d’une bonne gastro ou -tiens! – d’un accouchement) pour essayer de rétablir une sorte d’équilibre le reste du temps. Après, chacun place son curseur là où il/ elle le souhaite, bien évidemment.

 

Prendre soin de soi (mentalement)

Pour être bien à deux, il faut être bien seul, c’est la base. Certes, certains couples se réparent mutuellement (je ne saurais pas vous dire si c’est une bonne ou une mauvaise chose, je n’ai pas d’avis la dessus). Mais pour être épanoui(e) à deux, je reste convaincue qu’il faut être relativement bien dans ses baskets. En tout cas, ça ne peut pas faire de mal. Donc on se chouchoute soi-même, on se met au yoga, on va voir un psy, on rédige un blog, on sort entre copines, bref: on fait ce qui nous fait du bien. Ca évite ensuite de rendre l’autre coupable de tous nos maux, ou de se projeter déraisonnablement sur lui.

 

Prendre soin de l’autre

J’apprécie toujours de recevoir des fleurs, des chocolats, un SMS ou n’importe quelle petite attention de mon mari, surtout quand je suis déprimée. J’essaie donc de faire pareil quand je le sens en petite forme. Ce n’est pas grand chose, mais ça fait tellement plaisir…

 

Rester amoureux (et pas que parents)

C’est le conseil du Captain Obvious, mais là encore, je pense que ça fait du bien de se le rappeler. Et pour ça, le plus grand challenge (surtout quand on est jeunes parents) c’est de se dégager un peu de temps pour être ensemble, en dehors du train-train quotidien. Ici, on se fait au moins un restau ou une sortie par mois sans Kate. Ca n’a pas été possible pendant les premiers mois (Kate était un BABI, je vous le rappelle), mais depuis environ 1 an on a découvert les applications de baby sitting, et comment vous dire… ça nous change la vie!

 

Faire des projets

Acheter une maison, adopter un chat, faire un bébé, partir en vacances, changer de job, réparer un vieux combi Wolkswagen… je reste aussi convaincue au bout de 15 ans que le mouvement reste essentiel pour ne pas tomber dans une routine ankylosante. Et que les projets communs soudent, quels qu’ils soient, même les plus « petits ».

 

Ne pas en attendre trop

L’être parfait, celui qui viendra combler toutes nos attentes, réparer nos failles les plus secrètes, et nous dire quoi faire de notre vie n’existe pas (sauf dans Twilight, mais j’ai toujours trouvé qu’Edward avait un petit côté pervers narcissique des familles qui faisait bien flipper, pas vous?). Ni celui qui acceptera de changer son caractère et son comportement pour nous satisfaire. Je pense que plus on vieillit, plus on en a conscience, n’empêche: l’autre est là dans sa singularité, avec ses qualités mais aussi ses défauts (comme nous), c’est très important de l’accepter.

 

Et vous d’autres conseils à partager?

 

crédit photo: photo perso de nos fiançailles, il y’a… ouh la, fort trop longtemps! 🙂

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply Claire 4 février 2018 at 16 h 54 min

    Hey, nous aussi ça fera 15 ans cette année dont 5 ans de mariage 🙂
    Sinon, je suis tout à fait d’accord avec toi, faire des projets, prendre soin de soi et de son couple c’est vraiment important.
    Le communication aussi même si ce n’est pas toujours simple 🙂

    • Reply Urbanie 7 février 2018 at 11 h 34 min

      joyeux anniversaire à vous aussi alors! 🙂

  • Reply Morwenna 6 février 2018 at 17 h 13 min

    Je suis ton blog depuis quelques mois mais je n’étais jamais intervenue jusqu’à maintenant, par manque de temps (ou grosse flemme) sur certains articles, par peur de ne pas trouver les bons mots sur certains autres, car on ne se connaît pas personnellement et je ne m’en sentais pas vraiment le droit. Cependant, je reviens régulièrement pour avoir de tes nouvelles et suivre ce que tu nous racontes avec ta plume singulière.
    J’ai beaucoup aimé cet article, tout en douceur… Il est bon parfois d’enfoncer quelques portes ouvertes, comme tu dis. Et je crois que je reviendrai le lire à la prochaine dispute, ou à la prochaine baisse de moral, car tu as raison, le principal, c’est de prendre soin de soi, de l’autre, et du couple que nous formons 🙂

    • Reply Urbanie 7 février 2018 at 11 h 33 min

      merci pour ton gentil commentaire 🙂

  • Reply Nathalie 14 février 2018 at 0 h 21 min

    C’est un bel article qui met des mots sur ce que je voudrais trouver.

    Le « ne pas se faire mal » résonne particulièrement vu ce que j’ai subi psychologiquement… J’ai hâte de passer à autre chose maintenant même si ma fille vivra un divorce alors qu’elle n’a même pas 2 ans.

  • Leave a Reply